Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 14:26

 

 

Si les artistes existent…A propos d’une expo…


15 mars 2013 | 1 commentaire

 
 
 
 
 
 

 

- »….C’est l’occasion de vous proposer (ainsi qu’à Aurélia que j’ai connue toute petite; elle allait encore à la crèche des beaux arts…En fait, encore ado’ à l’époque,  je fréquentais surtout ses parents: Alain et Marie-Josée Jaubus, mais aussi J.P- G, et Marie-Noëlle ainsi que leur fils Balthazar) une petite promenade sur nos pages où nous abordons avec une impertinence débridée « l’actualiture » que nous traitons  avec autant de férocité que possible.

Notre site -qui vient de fêter sa septième année-  accordera désormais une plus large part aux arts dans la « guerre sociale » comme l’Art en accordait une assez centrale  mais encore réifiée à la fin du XIX ème et au début du XX ème siècle, depuis les impressionnistes jusqu’à   Asger Jorn, ou de Max Ernst,  de « Dada » en passant par les Surréalistes, les lettristes, les Nexialistes, les Situationnistes qui firent coïncider  et ricocher des démarches particulières en les étendant à toute la société  jusqu’à « Arts street » incluant le travail si particulier de Ody saban (jeune et talentueuse peintre Turque qui initia le mouvement Arts et regards de femmes)  ou de quelques autres « artistes » qui à nos côtés expriment au plus près la nécessité qu’il y a désormais d’en finir rigoureusement avec le règne de tous les carcans idéologiques.


Jusqu’ici, trop englué dans la contestation formelle ou parcellaire, l’Artiste ne nous offrait de l’Art que l’éventualité d’une « recomposition individuelle séparée » dans une société décomposée.


Naturellement nous n’y trouvions les nécessaires  articulations unitaires de la critique partant de l’idée de totalité et de la guerre sociale venant impérieusement s’imposer dans ce « bel ordre des choses » façonné par des menteurs.

Mais les temps sont difficiles et la férocité des voraces

est aussi impitoyable  que sans limite.

Les artistes eux-mêmes ne peuvent plus échapper à la remise en cause de leur statut de « complices objectifs » de l’ordre existant et de la  »marchandisation de la culture »; pis encore, afin de se ressaisir au delà d’un « naturel » narcissique entièrement voué à l’auto-contemplation de soi en tant que marchandise achevée, il leur était non moins impérieux de comprendre qu’ils participaient passivement au processus de leur propre liquidation dans le spectacle dont ils n’étaient tout au plus que des spécialistes interchangeables sur un marché parvenu à son stade d’ultime saturation.


La place de ces « artistes » ne correspond plus guère qu’à une outrancière mise en scène dégoulinante de la « fausse conscience compassionnaliste » de tout  ce qu’il y aurait de supposément Humain au centre de ces « préoccupations/trajectoires professionnelles »  dévolues entièrement à l’artificielle et ridicule humanisation de la marchandise et à la promotion de ses porte-faix  et « montreurs de sons »….


Regroupés dans divers moments de la grande foire du Spectacle Culturel Manufacturé - (cf: ces regroupements insensés de vedettes du showbizness qui depuis Bob Geldof -in concert pour le Bangladesh/ puis avec le label des « Enfoirés » pour « les restau du cœur/l puis avec les « sans-Pap’. ». et divers « téléthons » ces autres escroqueries morales) ils n’ont de cesse, maintenant et avec insolence,  de prospérer artificiellement sur les supports modernes de la misère et de la Solidarité industrialisées)

Voila qui suffisait  assez pour susciter un mépris quasi unanime pour les « artisans » de cette supercherie contemporaine déclinée en « istes et en ismes » risibles servis à toutes les sauces sirupeuses des « sciences humaines » (dont l’art participe avec ses « faux-nez ») se jouant à guichets fermés sur l’ échelle tristement planétaire de l’ascension sociale différée.

Sans courir trop le risque de nous tromper, nous pourrions presque affirmer que ce point avancé du pourrissement de "la servitude partagée" dans l’euphorie des représentations comparées serait scientifiquement illustré et abouti au travers de l’anneau du « cyclotron » conçu par le CERN(franco-suisse) agissant comme un immense accélérateur de la décomposition particularisée de tout ce qui Est… ou pas…

Au  »Big-Bang » près bien sûr!

Sur le devant de la scène de « la culture utilitariste » ce sont les disciplines liées au commerce, à la communication numérisée et aux technologies policières et militaires qui ont « le vent nouveau en poupe » et qui assurent les vertus ambitieuses du « pas de l’oie ».


Dans l’Enseignement Supérieur -(mais en réalité depuis le primaire)- les filières non rentables (littéraires, arts appliqués, histoire, socio, psycho, philo, médecine, recherche, etc)  passent à la trappe au bénéfice exclusif d’outils aussi précieux, raffinés, imaginatifs et jouissifs que la « comptabilité et la gestion », le « management », le « journalisme » …

Mais une autre génération joyeusement furieuse monte à l’assaut des « citadelles du vieux-monde » et retrouve celles et ceux des générations précédentes qui ne se seront pas résignées au « larbinat ou à la prostitution intellectuelle ».


Quelque chose surgit hors du domaine marchand et partout, on se réapproprie l’Histoire même du refus de plier, en y inscrivant des pages nouvelles et inattendues comme (en fRance NDDL et même sur des terrains que s’étaient arrogés naguère les syndicrades);

Et partout ailleurs dans le monde des mouvements anti-globalisation, anti-mondialistes y participent, se cherchent, se trouvent, se découvrent, innovent et connaissent à la fois l’ivresse de quelques victoires fragiles et éphémères, (car bien vite récupérées et transformées hélas par ses ennemis en amères défaites sous les coups de boutoir des « chosificateurs »)… avant de ressurgir riches de l’expérience et instruits par la critique qu’ils portent.


Mais cette génération historique-là, qui comprend le mouvement de « réalisation et de suppression » de toutes les classes, sait aussi  maintenant se relever et rendre les coups, prendre et reprendre infatigablement d’autres bastions, insuffler d’autres modes de vie, d’autres rapports sociaux au monde et nous inspirer ce qu’il y a de plus vivant au carrefour de ces deux siècles d’aliénation triomphante, à l’exception de rares moments beaux et sublimes (tels Mai 68)  dont la victoire sera entre autres d’avoir su traverser le temps, de nous revenir comme des souvenirs d’enfances incomplètes et de se repositionner sur le terrain des luttes révolutionnaires encore dans toutes les têtes et surtout, d’en préparer d’autres également superbes.

Steph.K

Texte en référence à l’article Dorothée ALLANEAU <exposition@sponte.fr (qui aurait eu sa place sur lézAZAards de rue…)

 

 

Dorothée ALLANEAU <exposition@sponte.fr>
17:24 (Il y a 5 heures)
 
à moi

Bonjour,
Nous avons le plaisir avec Alain Jaubert, de vous inviter à l'exposition d'
Aurélia Jaubert,

Nlles hyperborées continentales.

Des œuvres au confluent du dessin, du collage et de l’imagerie numérique.

Aurélia Jaubert nous propose une cartographie sensible et fantasque dont les repères ne sont autres que sa perception du monde.
SAVE THE DATE
Du 18 mars au 28 avril 2013
Vernissage :
le jeudi 28 mars à partir de 18h30
Dialogue - Rencontre avec l'artiste :
le 19 avril à partir de 19h « Le génie des cartes : de l’héritage du passé, à l’art contemporain »
et puis Les matinales de l'Art : du 8 au 12 avril
 de 8h30 à 10h, moments privilégiers pour découvrir l'expo en prenant un café le matin à la galerie.

A très bientôt donc,

Dorothée ALLANEAU
Galerie SPONTE - 183, av du Maine Paris XIVème
da@sponte.fr +33 (0) 6.89.24.06.09 www.sponte.fr
Retrouvez nous sur Facebook

En réseau pour l’art contemporain

Verso_AJ.gif Verso_AJ.gif
18

 


http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans Territoires Zymotechniques & Apodictiques
commenter cet article

commentaires

Sam Telam 16/03/2013 06:24


Plus j' y pense et plus je trouve que le petit pere Prevert nous a legue du Solide.


En se qualifiant d' ANARTISTE, il a remise les pendules molles de Dali à l' heure du Guernica de Picasso...


Pour la petite histoire, mon poto Jocelyn Don Valverde, sarcellois du 9-5 et antillais d' origine a zoné au fond de la classe avec un certain Claude...qui deviendra MC Solaar. Inutile de dire que
les deux compères se foutaient des cours de français comme de leur premier bain de mer jusqu' à ce qu' ils découvrent Prevert.....eh là!!! ce fut le choc, ce truc que tous les bidouilleurs et
barbouilleurs connaissent bien et qui ne vous lâchera plus, l' acces à un monde inconnu et MERVEILLEUX comme le disaient les Surréalistes.


Plutôt la Vie!! disait Breton, et avec René Char d' aller casser du facho (surtout Char taillé comme un rugbyman).


Prevert Passeur cognitif? Evidemment! un antidote à la castration des ados.


Jocelyn est moins connu que Claude, mais sa poésie vaut le détour, fortement imprégnée des paysages de la Guadeloupe et des écrits de Cesaire, le grand survenant.


On a pondu un cd ensemble et il est connu dans les universités etatsuniennes où beaucoup de poètes des Caraïbes ont élu domicile car ils sont écoutés avec attention C 'est à lui que j' ai
emprunté le titre "quand on n 'enfermera plus la couleur de l' homme dans la cagoule de notre ignorance"....


http://www.youtube.com/watch?v=ZDtSKVNZiO4


De plus, il est important de depasser la logique aristotelicienne, l' Art ou l' Anart est fait pour ça et d' entrer dans la transe-en danse, ce que pratiquent les Brésiliens. En se debarrassant
des representations religieuses, et même des rites candomblés, santerias, vaudous issus des Yoroubas/Nagos. Un bon moyen est d' utiliser les archétypes de Jung, ces figures tutelaires qui n'
existent que lorsque nous leur accordons de l' energie de l' esprit.


Quoi de plus "normal" que la frayeur, voire l' angoisse qui a dû saisir nos ancêtres lorsque la foudre est tombée la première fois. De là à la diviniser, l' appeler Zeus, Shiva ou Xango et de lui
faire des offrandes pour se concilier sa "mansuétude". Puis les salauds pretendant "entendre les voix" des "dieux" sont apparus pour aliéner les autres..on connait la suite.


Celà semble bien loin du sujet, mais il n' en est rien car l' anartiste est immediatement confronté à cette problematique lorsqu' il OSE partager sa représentation du monde. Quel impudent!!!


Et c 'est donc de transgression dont il est question, car une représentation singulière sera toujours une transgression. ET ON EN A BESOIN!!!


Si Guttenberg n' avait pas transgressé la main-mise des religieux qui mettaient la Connaissance sous le boisseau (Le nom de la Rose d' U Eco qui sait de quoi il parle) on serait encore à CROIRE
des billevesées aussi sottes que grenues.


Le tryptique Heuristique/Poïétique/Maïeutique est toujours d' actualité auquel il faut y ajouter l' Ivresse de Baudelaire, un acces vers le transe-en-dental.


http://www.youtube.com/watch?v=fhBPG8s1PDM&lr=1


Bonne quète à Aurélie que je ne connais pas et que l' Anart lui apporte ces moments de lumière intense qui fonde le vivant et qui nous nourrit du Merveilleux dont nous avons tellement besoin..


Car la Vie est un bien perdu quand on n ' a pas vécu comme on l' aurait voulu.


Sam