Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:10

 
 

........

 
Pour l’Irak, sur base d’une étude du journal médical « The Lancet » , on estime que plus d’un million de vies ont déjà été arrachées, sans compter les victimes de la première guerre du Golfe et de l’embargo meurtrier imposé à ce pays durant une douzaine d’années. A l’instar de l’Afghanistan, l’Irak est plongé dans le chaos. La politique d’occupation des Etats-Unis a ravivé les tensions confessionnelles. En 2010, Dirk Adriaensens du BRussels Tribunal dressait un bilan de l’invasion de l’Irak et apportait ces quelques chiffres : « Depuis 1990, début du régime de sanctions imposé par l’ONU, le taux de mortalité infantile a augmenté de 150% en Irak. (…) En 2007, les statistiques gouvernementales officielles dénombraient 5 millions d’orphelins en Irak. Plus de 2 millions d’Irakiens sont réfugiés hors du pays et près de 3 millions sont réfugiés (ou déplacés) à l’intérieur du pays. 70% des Irakiens n’ont plus accès à l’eau potable. Le nombre de chômeurs (sans indemnités) atteint officiellement les 50%, il est de 70% officieusement. (…) 4 millions d’Irakiens sont sous-alimentés et ont un urgent besoin d’assistance humanitaire. 80% des Irakiens ne disposent plus d’aucun système sanitaire (égouts et eaux usées) »
 
 
 
L’enjeu de la guerre contre le terrorisme : remodeler le Moyen-Orient
 
L’administration Bush baignait-elle donc dans l’inconscience la plus totale lorsqu’elle s’est engagée dans cette guerre contre le terrorisme ? Pourquoi aggraver le problème plutôt que de chercher à la résoudre ? Difficile de répondre si on s’en tient aux discours idéologiques des autorités US. La vérité se trouve au-delà des mots, dans les intérêts objectifs qu’avaient les faucons de Washington à intervenir militairement en Asie centrale et au Moyen-Orient.
 
Après la chute du bloc soviétique en 1991, les Etats-Unis voyaient s’effondrer leur principal concurrent et prenaient le leadership mondial. Maintenir une telle position nécessite de se renforcer et d’empêcher les autres concurrents de vous rattraper. C’est pour remplir cet objectif que les néoconservateurs de l’administration Bush ont développé le concept du Grand Moyen-Orient : un remodelage de l’espace s’étendant du Maghreb au Pakistan en passant par la péninsule arabique. Officiellement, il s’agit de promouvoir la démocratie et d’aider ces pays à s’insérer dans l’économie mondiale. En réalité, ce projet était déjà étudié bien avant les attentats du 11 septembre. L’objectif ? Mettre au pas les régimes récalcitrants de la région pour contrôler ce vaste espace stratégique et riche en matières premières, notamment en pétrole et en gaz. En effet, à travers le contrôle des ressources énergétiques, c’est le développement de ses concurrents économiques que Washington peut contrôler : Chine, Inde, Brésil, etc.
 
D’ailleurs, si les Etats-Unis n’avaient pas rencontré une telle résistance tant en Irak qu’en Afghanistan, l’Iran aurait probablement été la prochaine cible. Il est intéressant de noter sur ce point que les campagnes militaires ont été un véritable fiasco pour les néoconservateurs. Le remodelage du Grand Moyen-Orient se révèle être un gribouillage géopolitique dont les Etats-Unis n’ont pu tirer de véritable bénéfices. Au contraire, la guerre contre le terrorisme a ruiné l’économie US, ce qui constitue une victoire pour Al-Qaïda. En effet, Michael Scheuer souligne dans Imperial Hubris que l’organisation terroriste avait décidé d’attaquer son ennemi à son centre de gravité : l’économie.
 
 
Le gouvernement des Etats-Unis se soucient-ils de la sécurité de ses citoyens ?
 
La guerre contre le terrorisme n’était donc qu’un prétexte pour rencontrer des objectifs stratégiques et économiques. Evidemment, il faut présenter à l’opinion publique un raison valable pour partir en guerre et envoyer des tas de jeunes au casse-pipe. Les attentats d’Al-Qaïda ont offert le mobile rêvé. Peu importe si l’invasion de l’Afghanistan n’était pas nécessaire pour capturer ben Laden. Peu importe si Saddam Hussein n’entretenait aucune relation avec Al-Qaïda. Les esprits étaient chauffés à blanc et prêts à s’engager dans la croisade du Bien contre le Mal.
 
Pourtant, les citoyens qui ont poussé des cris de joie lorsque Barack Obama a annoncé la mort de ben Laden, devraient se poser quelques questions aujourd’hui. Si le chef d’Al-Qaïda est bien mort, le gouvernement des Etats-Unis n’a pas montré le moindre signe de remise en question de cette politique dévastatrice qui avait servi de terreau à l’islamisme radical : coups d’Etat, agressions militaires, violations du droit international, utilisation de bombes au phosphore blanc ou à l’uranium appauvri, financement d’organisations terroristes et de régimes dictatoriaux, pillage des richesses… Les dirigeants US ont poursuivi leurs crimes en toute impunité.
 
On ne pourrait justifier d’aucune manière les actes terroristes de ben Laden. En revanche, on peut tenter d’en comprendre les fondements pour éviter que des tragédies semblables aux attentats du 11 septembre ne se reproduisent. Cette démarche nous renvoie inévitablement à la politique étrangère menée par les Etats-Unis. Or, non seulement les dirigeants US n’ont pas tenté d’enrayer le phénomène, mais ils l’ont gracieusement alimenté en déclenchant de nouvelles guerres.
 
Les citoyens des Etats-Unis doivent comprendre que leur gouvernement se soucie très peu de leur sécurité. Les terroristes de la Maison Blanche répondent à des intérêts économiques qui sont contraires à ceux du peuple.
 
Le chef d’Al-Qaïda est mort mais peut-être que le prochain ben Laden sera l’un des ces 5 millions d’orphelins qui errent en Irak, ou bien un Afghan qui aura vu ses parents tués par les drones de l’armée US. Il pourrait venir d’Indonésie où la répression du dictateur Suharto, soutenu par les Etats-Unis, a provoqué 1,2 millions de morts. Il sera peut-être somalien ou chilien. Les Etats-Unis maintiennent le pays du premier dans le chaos depuis dix ans. Et ils ont renversé le président démocratiquement élu du second en 1973 pour installer la dictature sanglante du général Pinochet.

Bref, des ben Laden pourraient voir le jour aux quatre coins de la planète, partout où les Etats-Unis ont semé la désolation. Les intérêts des multinationales ne sont pas favorables à la paix dans le monde ni à la sécurité des citoyens, qu’ils soient de New-York, Bagdad ou Santiago. Pour ces terroristes aussi, il est nécessaire que justice soit rendue. Celle des tribunaux et non celle des exécutions sans procès.

 

Lure l'article en entier là:

http://michelcollon.info/Le-gouvernement-des-Etats-Unis.html

 

  grégoire Lalieu :

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans Guerres
commenter cet article

commentaires

Steph 12/05/2011 16:46



A ceci près et au hazzzzard, isolément:


 


-"....il est nécessaire que justice soit rendue. Celle des tribunaux et non celle des exécutions sans procès."


La déconcertante naïveté de Michel Colon n'aura de cesse de nous étonner....


Steph?



Steph 12/05/2011 12:32



Il sera noté au passage que l'article ci-dessus ne contredit que fort peu ce que nous avions proposé à l'intelligence vacharde de nos lecteurs depuis plusieurs années sur le même sujet...


Du coup nous pourrions ulukulerler: -"On vous l'avait bien
dit!"...


Mais la gravité du sujet force à la retenue d'autant plus encore que les retombées "co-latérales" encore dissimulées de cette offensive du Vieux-monde, en vies humaines cmme  sur le plan environnemental ne sont pas même encore venus au jour...


Alors forcément, nous aurions préféré nous gourrer gravement plutot que parader satisfaits et heureux d'avoir eu raison quand tant d'autres avaient tort....


Ce qui se dessine maintenant c'est l'accomplissement de ces "essais", mais en plus sanglants, en plus "généralisé"...


Mais là, là aussi, on vous l'aura bien dit et même redit!


C'en est désespérant!!!


Steph.


 



geneghis 12/05/2011 09:50



Il y a eu tant de manif contre cette guerre en Irak. Les US et leur valets GB en ont fait fi.


Mais que dire de cette Russie qui veut renouveller de fond en comble son armée et de cette Chine qui dépense des milliards pour sa défense et qui va en augmenter le budget...


De gros nuages sombres planent à nouveau. Et c'est sans compter ceux de particules fines qui nous tuent à petit feu.


Les despotes ont encore de beaux jours devant eux...et portés aux nues par une vague populiste.


Et mon site qui vient de bloquer et overblog qui fait des siennes...problèmes aussi??


Gene



Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 12/05/2011 12:12



Eh oui chère Gène, nous avons des glo-glos ploblêmes avec over-glob aussi...Pour tout dire : ça sent le verrou, la serrure, les coursives! le muselage, le mitard.


D'où notre tentative d'affirmer l'ouverture d'un espace de jactance sur nos sites, un espace délibérément insolent et insoumis ne quémandant rien du tout auprès des participants
à ces grotesques "empoignades de foire à repasser" .


Va falloir scier beaucoup de bois: hiver très froid.


 


Bises.
Steph.