Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 14:32

A JOHAN, aux autres aussi,


Il convient en effet d'avoir  avec sérieux en matière de subversion le soin d'observer ce que suppose la question même lorsque "les tenants de la fausse contestation" se la ramènent un peu fortement. "Le mariage pour tous" qui se voudrait être une revendication subversive au prétexte qu'elle "intègrerait" la question des "droits" d'une frange "marginalisée" de la population en lui faisant admettre de devoir "participer" aux institutions oppressives (lesquelles ne le seraient-elles pas?), de revendiquer d'y être désormais "attachéEs"...IntégréEs !


Et il faudrait prêter maintenant à "l'institution du Mariage" et de la "Famille" des vertus  subversives et radicales...Elle est bonne celle-là!


Je crois bien avoir vécu toute ma vie en butte à ce type de conneries; et il nous faudrait maintenant, sous peine de passer pour des "bonnards", "soutenir" la version juridique du postulat débecquetant "Travail, Famille Patrie". Soutenir aussi que ce serait là une attitude"révolutionnaire"...Pas mal non plus la phagocytation!


La "Fausse conscience"au sens de Gabel et des Situationnistes!

(In: De la Fausse conscience: J.Gabel).

-"Faire dire à l'esclave -Je veux- plutôt que d'avoir à lui dire -Tu dois-,

tel est l'art de gouverner!"-

((In: Le Prince par Machiavel)).



Car c'est bien d'une "reconnaissance juridique" de l'aliénation dont il s'agit derrière le baratin "nataliste", derrière la "liberté" et de "Droit" de satisfaire de prétendus  instincts maternels ou paternels recomposant les pires travers du vieux-monde en les imitant.

Puis, au delà, aux impétrants abusés d'assumer de reproduire des comportements sociaux soumis aux diktats du bonheur représenté par les institutions  d'un monde honni célébrant (depuis les deux camps opposés en apparence)  la "Famille", et tout ce qui va avec.

 

Maréchal...Les voila!!!


Comme si les foyers homo-parentaux n'existaient pas déjà, contre "leurs avis", comme si le "mariage" ouvrait de nouveaux espaces de Liberté par sa seule opposition aux interdits qui il y a peu frappaient encore pénalement l'homosexualité,(les sens, le plaisir, la jouissance librement partagée, sans contraintes)  comme si, en gagnant l'assurance de pouvoir légalement jouir de l'autorité parentale, (variante de l'autorité policière) il convenait de voir là un authentique progrès sociétal où précisément auront été revendiquées -au sens de Machiavel- les chaines qui gouverneront la vie des esclaves auto-gérant leur soumission moderne aux vieilles recettes des comportements sociaux réifiés qui faisaient "marcher le monde et ses aspirations au pas".



La réalité est ce qui s'inscrit en négatif des apparences.


 

S'il importe de légiférer de cette façon la vie amoureuse des gens, ce n'est pas la vie amoureuse qui est en cause mais bien cette société elle-même qui redoute tant que l'on ne se défasse d'elle.

 

Il serait donc parfaitement  illusoire de croire que cette société obligée de légiférer y pourra ainsi remédier autrement que pour durer encore un peu au stade décomposition dans le quel elle se trouve de plus en plus visiblement.


Il nous appartient plutôt de nous affranchir d'elle  et de ses lois, de ses modèles pour vivre avec qui nous voulons et comment nous le voulons, en couple ou pas,  avec ou sans enfant , à notre guise et sans avoir aucun compte à rendre à quiconque prétendrait représenter "la Morale", l'Ordre, la Liberté, l'Egalité ou la Fr@ternité...vantés par une organisation sociale dont précisément nous ne voulons plus du tout!

 

Comme il se voit, le débat est "déplacé" et concoure à l'exact contraire de ce que nous en  racontent les "gentils animateurs" de tous bords.

 

Ils ne subvertissent donc rien du tout tellement ils détestent le Désir de subvertir et haïssent celui  d'avoir à Subvertir les désirs!


Laissons-les donc vaquer  à leurs grotesques et lénifiants travaux de peinture et occupons-nous de nos vies nous-mêmes en tout et partout sans intermédiaire!

 

HOMO/HETERO: NE VOUS MARIEZ JAMAIS !!!

 

Esgourdez-donc plutôt

(A transposer ou non selon le genre qui nous convient amoureusement)

www.youtube.com/watch?v=pn-F0NRwPN4

 


Steph. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article

commentaires

cervesia 02/02/2013 18:04


oh ben si en plus y a rien à boire ....

cervesia 01/02/2013 19:43


le mariage étant la base de la société telle qu'actuelle (socité fliquée et asservissement du con-sommateur car la famille est un puissant moteur de  la con-sommation) si on veut casser le
système actuel c en passant par la casse du mariage et de la structure familiale  (honneur famille patrie de pétain ...pouah !)


d'autant que d'avoir une charge familiale c'est une énorme responsabilité avec culpabilisation à la clé


hors donc adieu l'évolution personnelle


 


 

Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 02/02/2013 07:35



En conséquence de quoi, les actuelles gesticulations empruntant le ton de la contestation ne visent à rien moins qu'à la défense de valeurs telles que le couple, la famille nucléaire avec sa
cohorte de braillards en couches culottes, l'institution du mariage qui commençait à tomber en une  désuetude méritée, les braillards, et aussi celles du  travail -(faut bien les faire
bouffer leur "assurer un avenir", l'école, l'apprentissage...) ,et puis aussi le respect de l'autorité, de "la société" et de ses lois, sa police, son armée, ses guerres, son mode de
production...Que sais-je encore? Comme tu l'écris Cervesia, pour ce qui en va de "l'évolution personnelle"; ce n'est certainement pas d'actualité! Circulez: Y a rien à voir ni à boire!


Steph



Steph 01/02/2013 15:22


Johann Lefebvre


En réponse à nosotros.incontrolados:



A Faout, Les textes, même abondamment diffusés, servent bien peu s’ils ne sont lus que dans l’isolement produit par « l’atomisation sociale, amoureuse et affective ». S’ils sont
« séparés » de la vie même de celle ou celui qui les lit en dehors de toute expérimentation pratique, ludique et sociale, si subsiste toute l’impossibilité faite au plus grand [...]



En effet, j’approuve : le désir de subvertir, c’est avant tout subvertir le désir et tous ses corollaires de la séparation, ceux qui environnent socialement les individus et les entravent
jusqu’en leur chair. Mais ce renversement est exigeant, il est la Poésie et le commencement de la vraie vie.