Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:51

 Les cocus verts du Gouvernement

 

(Titre d'un article publié sur Gauche de Combat

dont la lecture m'aura inspiré en décalé ces quelques lignes)

 

Il est évoqué dans l'article de la neccessité de fermer certaines usinescertaines industries, mines, acieries, etc. D'autres s'y opposent afin de sauvegarder les emplois nécessaires aux travailleurs...

J'ai tenté d'y apporter l'esquisse d'une réponse. Pourvu qu'elle ne vous fasse pas trop scier.

__________________________

 


Il reste maintenant à convaincre tous les organismes d’inspection sanitaire de fermer toutes les usines, en particulier celles de ressources militaires (euphémisme cachant difficilement bon nombre de saletés) et d’armement pour nuisances diverses de nature à compromettre l’avenir et la santé de toute l’humanité elle-même dans sa totalité présente et à venir. -(Et par extension de procéder au démantèlement du travail a classer prioritairement comme pseudo activité sociale et humaine à supprimer car au rang des aliénations suprêmes devenues le stade supérieur de la négation du genre humain.



Bien entendu, il se trouvera forcément des syndicats et des politiciens pour protester au nom de la défense de l’emploi contre des initiatives de ce type . C’est vrai quoi…


Pour eux:

 

L’armement est un moment de la paix et de la prospérité

 

Un moment de l’harmonie régulée entre les peuples….


Fallait la trouver cette fumisterie-là!

______________________


Selon le comte de Saxe, la paix est ennemie du progrès, la guerre est le devenir de la science et de la recherche, mieux: le nerf de la philosophie!


Il conviendrait donc, selon cet aristo de mes nouilles, de s’y préparer toujours et de tout temps, pour des siècles et des siècles…(Bande de connards!).

Nous en sommes là, et cela voudrait n’avoir pas de fin.

 

La guerre est la continuité absolue de la guerre. Elle s’est autonomisée et est devenue sa finalité et ses moyens. Son propre spectacle dans lequel chaque petite acalmie est le moment du "transit", celui de la contemplation suprême de soi...


Tout le reste lui est définitivement étranger.


Nous? Nous préférons le vice à la vertu, la redécouverte de la jouissance à celle du maintien de la peur; cette peur et cette misère qui poussent conjointement et infiniment à la stupide procréation désespérée, elle-même faiseuses de guerres, générant des famines et des maladies sacrifiant toutes les aptitudes ludiques et imaginatives de l’humanité au profit d’un statut-quo perpétuant les causes de toutes les horreurs connues, alors que la poursuite des plaisirs comme principes induit la libération totale des esprits et des corps, alors que ces principes inscrits au frontispice des maisons communes en lettres d’or achèverait à contrario tout processus de domestication.


Bon voulez-vous que nous vous fassions des dessins?

S.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article

commentaires

geneghys 22/08/2012 10:59


Excellentissime!! Je relaie...