Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:43

 

29 janvier 2013

Neuf boîtes de documents détenus par Barcenas pourraient mettre sur le grill le PP, el partido qui a encore un immense pouvoir institutionnel en Espagne. En effet, Barcenas a photocopié des dizaines de chèques au porteur pour des montants inférieurs à 3’000 euros signés par les grandes entreprises et organisations territoriales de la PP, et ceci pour échapper à tous contrôles de la Cour des comptes. (3’000 euros étant le montant maximal pour des dons qu’il n’est pas nécessaire de déclarer).



Or Barcenas, qui ne veut pas porter le chapeau pour tous ses potes, apporte toute sa documentation personnelle afin de prouver que la haute direction du PP a tiré profit de leurs petites magouilles en utilisant les fonds qu’ils ont reçus des entrepreneurs bien connus de la place et ce, même à l’époque où les socialistes étaient au gouvernement.

 

Le PP a ainsi bénéficié de plus de dix fois plus de pesetas pour sa campagne électorale que le PSOE, (Parti Socialiste Ouvrier Espafnol), et Barcenas gérait tous ces dons pour payer meetings, flonflons et chorizos pour l’élection de Rajoy.

Les faits qui font frémir:

http://lesazas.files.wordpress.com/2013/01/corrida.png?w=917&h=675

OLE !!!  ET QUE BIENTÔT LA CORRIDA SOIT LA VÔTRE!!!


En juillet 2009, Luis Barcenas est encore membre du dit parti alors qu’il est sur le point d’être inculpé dans l’affaire Gürtel, une enquête politico-financière menée depuis février 2009 sous l’impulsion du juge de Baltasar Garzón. (Juge Garzon qui, rappelons-le, fut mis à pied pour avoir été un peu trop fouille-merde voir article ) Une instruction toujours en cours et qui implique un «présumé» réseau de corruption lié au Parti populaire espagnol (el PP).


Ce «présumé» réseau est dirigé par Francisco Correa, plus connu sous son pseudo «Gürtel», personnage qui s’est retrouvé à l’ombre du 15 mai au 27 octobre 2009, puis remis en liberté conditionnelle pour la modique caution de 600 000 euros.

Le vilain serait soupçonné d’avoir trempé dans une bouillabaisse de corruption de plusieurs entreprises pour une somme estimée à 43’200’000 euros.


Le résumé de l’affaire Gürtel inclut itou certaines informations sur des dons versés à la Fundescam, (fondation liée à la PP de Madrid), sommes qui auraient favorisé l’élection régionale de la contesse Esperanza Aguirre, femme politique membre du PP.

Une accusation n’aura  pu être formellement  prouvée…


Mais avec l’affaire Gürtel, c’est toute une série d’entreprises du secteur immobilier et du secteur des services qui sont mis sous pression. Et les vapeurs du scandale refroidissent certaines municipalités de Madrid gouvernées comme par Aznar par des maires del Partido Popular.


Selon l’enquête judiciaire, ces maires auraient adjugé des contrats pour des montants de dizaines de millions d’euros au réseau de Francisco Correa en échange de commissions illégales.(Gasp! Incrédibilé!).


Le principal accusé, Alberto López Viejo, ancien enfant de choeur de sa paroisse,  collaborait déjà avec Esperanza Aguirre au sein de la mairie de Madrid.

La contesse dont le cou n'a pas encore été tranché a dès lors prié certains de ses collaborateurs de prendre leurs clics et leurs claques, soit par licenciement, soit par une démission.


Plusieurs membres du PP seraient aussi impliqués dans cette affaire; en particulier Francisco Camps, Ricardo Costa Climent, deux cocos de Valence, ainsi que plusieurs députés de l’Assemblée de Madrid.


La Haute Cour de justice de Madrid enquête également sur les dons versés la Fundescam par des hommes d’affaires membres de la CEOE (Confédération espagnole des organisations d’entreprises).


Barcenas a fait savoir qu’il etait encore en possession de nombreux documents prouvant ces pratiques. (Mais qui est donc cet histrion de Barcenas nous demanderez-vous avec raison).


Cependant, les infractions commises en 2003 seraient prescrites. (Ce qui nous ennuie beaucoup nous qui espérions nous marrer un peu les jours de pluie!).


Par dessus le marché, la FAES, ou Fondation pour l’Analyse et les Études Sociales dirigée par l’ancien président José María Aznar, aurait détourné des fonds. Décidément!

 

Et ce n’est pas du pipo puisque d’autres papelards relatifs aux comptes de la PP à Madrid sont en possession de Barcenas! Ces financements illégaux ne se limitent pas seulement à Madrid, mais on les retrouve dans les régions de Valence & Consorts.


Or, en 2008, Mariano Rajoy est président du parti PP après une longue carrière de ministre des Administrations publiques sous la gouvernance de José Maria Aznar.

Il avait donc accès à toutes les informations sur le financement «illégal» des dons privés destinés à payer les primes pour les prochaines élections, le tout dissimulé au Trésor Publique et à la Cour des Comptes évidemment!

Un sacré panier de crustacés dont les vaillants  crabes  auraient rongé l’Espagne et ses habitants en toute impunité…jusqu’à aujourd’hui?

 

Et Vlan, dans les dents !

 

http://lesazas.org/2013/01/29/espagne-les-tapas-a-la-sauce-pp/comment-page-1/#comment-2865

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans personnes insultées
commenter cet article

commentaires

Steph 29/01/2013 12:44


Je mets le tout sur Over-blog….Na! Le PP (entre autres) nous fait suer les brouettes tout particulièrement lorsque ce ne sont pas tous les autres partis itou.


Et les raisons -analogues ou pas- ne manquent d'ailleurs pas.


Bon alors là, c’est pour eux; aucune hésitation cognons dessus sans retenue!


S.