Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 13:39

 

"La police a fait tomber de leurs moto les antifascistes

et s’est mise à les rouer de coups"

 

 

 


 

 

Potmos (pseudonyme), 33 ans , est administrateur réseau. Il fait partie du mouvement "antifasciste" d’Athènes.
 

Les différents appels lancés sur des médias en ligne ou Facebook ont permis aux antifascistes d’effectuer trois patrouilles à moto. Nous étions plus nombreux à chaque fois. Certaines personnes nous font le reproche d’appartenir à des groupuscules anarchistes mais nous venons de tous les horizons politiques - même si je pense que la plupart d’entre nous votent à gauche. En dehors de la lutte contre les violences faites aux immigrés, nous n’avons pas de programme spécifique. Tout le monde est libre de nous rejoindre. Notre mouvement compte beaucoup d'enfants d’immigrés. Parmi les quartiers où nous nous rendons systématiquement, il y a Exarchia, où beaucoup d'immigrés vivent ou travaillent.
 
Nos deux premières patrouilles se sont bien passées. Les patrouilles avaient été programmées les soirs où devaient opérer les membres d’Aube Dorée, mais on ne les a jamais vus.  
 
"Les voyous d’Aube Dorée ont cassé la vitrine d’un magasin qui, manifestement, appartenait à des immigrés"
 
Lors de notre troisième patrouille - la plus importante avec environ cent motards -, le 30 septembre, les choses ont mal tourné. Des membres d’Aube Dorée étaient en train de briser la vitrine d’un magasin qui, manifestement, appartenait à des immigrés. Certains antifascistes se sont alors énervés et ont commencé à les repousser. La police, qui depuis le départ suivait notre cortège, est alors intervenue pour s’en prendre aux antifascistes et interpeller quatre d’entre eux. Les autres sont retournés au point de rendez-vous mais les policiers leur avaient tendu une embuscade. La suite a été très violente : la police a fait tomber des antifascistes de leur moto et s’est mise à les rouer de coups. L’un d’entre nous a été touché par une grenade éclairante. Au final, quinze nouvelles personnes ont été arrêtées. [Ils ont été libérés sous caution vendredi. Le ministre de l'Ordre public, dans un communiqué, les a qualifiés d’"extrémistes" et affirmé qu'ils étaient "encadrés" par les partis d'opposition, ndlr.]
 
 
"Les personnes arrêtées par la police ont été battues, ont reçu des tirs de Taser, et ont même été brûlés par des mégots de cigarettes"

Ils ont été accusés de voies de fait et trouble à l’ordre public, qui sont passibles de lourdes condamnations – ce qui était le cas ici. Surtout si le visage de l'accusé était caché, ce qui était le cas car ils portaient des casques de moto… On les a également accusés d’être en possession d’armes. Ce que la justice considère comme des "armes" sont les drapeaux accrochés aux motos. [Chrissa Petsimeri, une avocate qui représente plusieurs des personnes arrêtées, a déclaré qu'il leur était également reproché d'avoir jeté des pierres sur la police, des accusations que les personnes incriminées rejettent en bloc, ndlr.]
 
Au cours de leurs cinq jours de détention, plusieurs antifascistes ont été battus, ont reçu des tirs de Taser, et ont même été brûlés à l’aide de mégots de cigarettes par les policiers. [L'avocate a affirmé avoir des photos de ces blessures. Elle a ajouté que les deux femmes parmi les accusés ont essuyé des insultes sexistes par les policiers, tandis que les hommes, forcés de se déshabiller, auraient été frappés sur les parties génitales, ndlr.]
 
Malgré ce revers, les antifascistes comptent mener d’autres patrouilles en moto. La prochaine fois, nous espérons éviter toute violence ou affrontements avec la police. Tant que les forces de l’ordre ne feront pas leur travail qui consiste à protéger les plus vulnérables, ces patrouilles se poursuivront.
http://observers.france24.com/fr/files/imagecache/observers_520_220/article_images/top%20moto.jpg

(Source:
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article

commentaires