Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 01:43

 


La relation franco-turque "s'apaise" peut-être ce matin (zaz)
  
  
 
**************************************
 
{{Avertissement}}
 

-Comme le lecteur le sait déjà, la mention "zaz" accompagnant nos textes indique une manière
 de faire délibérément décalée, qui ambitionne par un éclairage oblique à plus de perspicacité
 dans le traitement des questions politiques.
 
- C'est dans l'humour raté que, selon nos plus brillants détracteurs,
nous sommes de loin franchement les meilleurs.
 
 
**************************************************
 
 
{{Ref. anté}}
 
 
SUBJECT : ARMENIE, FRANCE, TURQUIE : DOULEURS DES AMITIES

 
[->http://ocsena.ouvaton.org/article.php3?id_article=1207]
 
 
*************************************************
 
 
La relation franco-turque se trouve presque "arrangée" ce matin par deux ou trois trucs dont on ne fera pas explicitement l'analyse, on vous en laisse le soin : La presse de chez nous semble-t-il "écrase" discrètement en effet dans le sens de l'apaisement sans doute, vous ne trouverez même plus en Une de titre du genre "Erdogan hausse le ton", ou La "Turquie menace la France de représailles", etc., etc. Google même a supprimé de ses rubriques hier la mention générale qui fâche : "Génocide arménien".
 
Donc tout devrait aller pour le mieux : au milieu du blabla relativement "déconnant" sur les lois mémorielles, le travail des historiens, la liberté de réfléchir et le qualificatif supposément exact de génocide, on commence peut-être à s'y retrouver un peu. Le Monde a sorti même quelques articles intellectuellement de qualité, ce qui rassure beaucoup sur l'avenir cérébral du pays (On ne les donne pas en lien, pour ne pas avoir l'air de faire déjà préalablement des options pour vous influencer et faire pencher la balance.).
 
A titre heuristique, l'Ocséna a décidé néanmoins de faire ce matin trois tentatives modestes de réflexion dans le style bien connu qui est de sa manière :
 
-Génocides versus massacres à haute dimension,
 
-Loi dites mémorielles,
 
-Qu'est-ce qui surnage dans les hautes marées de la pensée ?
 
 
{{1. Le concept de génocide fâche, on penchera donc pour celui de "grand massacre", plus simple, plus sympa, plus universel et plus vrai.}}
 
Si on veut démarrer la question, on a une vaste possibilité aléatoire sans remonter jusqu'à la lointaine antiquité et aux Hittites.
 
Prenons Jules César, tiens, c'est pour nous assez récent.
 
 
 
{{1.1 Le génocide humaniste fractionnaire  ou encore en d'autres termes le massacre morceleux fragmentaire}}
 
 
D'abord tout de suite on voit qu'il y a des degrés nuancés dans le massacre, dans la destruction, qui peut-être subtile et  notoirement simplement partielle. Dans sa "Guerre des gaules", on voit que Julius est un humaniste, il évite de tuer des foules quand il peut s'en dispenser. Il lui plaît, même si ça lui en coûte, de ne couper par exemple que le bras droit des 30 000 hommes d'une tribu agitée, ou d'en crever les yeux, étant entendu qu'on laissera un oeil valide à un type sur dix.
 
 
{{1.2 Le simili-génocide ultra-massacrant mais non exactement génocidaire.}}
 
 
Autre degré supérieur moins bricolé petit que le précédent.
 
Un des exemples les plus célèbres est celui des Cimbres.
 
Les Cimbres arrivent du Jutland, las d'y crever de faim, ils sont au départ 65 000, ils récupèrent les Teutons et quelques autres. Leur nombre monte sans doute alors à 300 000 et plus (500 000 peut-être), de -120  -115 à -102  ils écument l'Europe et la Gaule, infligent des défaites spectaculaires  aux Romains rencontrés sur leur chemin.
 
Mais qu'à cela ne tienne, e101 av. J.-C., les Cimbres arrivent en Italie et se retrouvent face à 10 légions romaines dirigées par Marius, (vainqueur des Teutons peu de temps avant). À la bataille de Verceil, les troupes Cimbres sont décimées, la scène finale est désormais historiquement très célèbre, les femmes cimbres étranglent leurs enfants sur le post champ de bataille et se pendent par les tresses aux roues de leurs charriots.
 
Les Cimbres disparaissent du coup définitivement, les mecs, les gosses et les gonzesses, quouick, rayés de l'histoire.
 
 
Bon ben vous l'avez compris, bien qu'ils soient morts jusqu'au dernier, ceci n'est pas du tout un génocide mais  seulement un massacre complet. Et puis d'abord les Cimbres c'est eux qu'ont commencé, ensuite ils ont beaucoup aidé à s'autodétruire eux-mêmes dans le travelling final comme on racontait , enfin l'intention malveillante là n'était pas de détruire un peuple mais seulement un ennemi. C'est donc très différent. 
 
 
{{2. Lois mémorielles}}
 
 
L'idée de loi mémorielle a beaucoup plu en négatif aux cogitateurs français grands, petits, connus et anonymes qui ont décidé unanimement que c'était très mauvais.
 
Ce n'est pas totalement ni exactement notre position à nous : nous estimons en particulier que la dernière loi 2011 de décembre que l'on sait cogitée à la va-vite pas l'assemblée nationale n'est pas seulement mauvaise au seul motif qu'elle serait mémorielle, simplement elle est très conne parce qu'elle est très conne dans son essence. Plus kérosène comme loi,  selon nous, tu meurs ! La cata de la loi concernée c'est son son inflammabilité UMP.
 
Il y a des lois mémorielles en vérité en dehors de celle-là auxquelles à l'Ocséna nous tenons pour notre part beaucoup. Par exemple nous tenons énormément à Noël, bien que les historiens te démontrent facile que Noël est à tous égards super-discutable, notamment le sapin allemand et le père Noël qui est lui en fait au départ un chomdu US de Chicago.
 
Il est sûr que si l'on faisait un jour solennel particulier pour chaque génocide honorablement connu (ou pour nous chaque grand odieux massacre pour historien et péquin), outre le 8 mai ou le 11 novembre, nous serions constamment en congés.
 
D'autant que certains viennent de penser à Paris à la Saint-Barthélémy et au Mans aux massacres de Vendée, les fosses communes d'époque mises au jour au Mans dernièrement montrent uniquement en guise de dangereux Chouans des femmes des femmes et de très jeunes enfants tués d'une balle de l'époque, ,tu sais celle qui fait pas de trou mais qui détruit tout là-dedans.
 
Mais que veux-tu, on refait pas l'histoire : le jeune Français d'aujourd'hui n'est pas responsable, c'est pas sa faute si la chouannerie avait choisi  le roi et le Vatican.
 
 
Le jeune Turc non plus, il a massacré personne, hein !, il y a cent ans. Il n'a qu'une idée approximative du mal terrible infligé par ses ancêtres.
 
Sur les lois mémorielles on n'est donc pas clair dans cette affaire, tu noteras qu'on ne fête plus Bouvines et Fontenoy. On ne fête plus guère non plus dans le recueillement le mur de nos fédérés au Père Lachaise.
 
Tout va et passe finalement, on boira pas de communards "Au temps des Cerises" demain au printemps ! La tragédie a même perdu son folklore.
 
 
 
{{3. Qu'est-ce qui surnage en définitive dans les hautes marées de la pensée ?}}
 
 
Ok c'est le sujet le plus délicat de notre bidule d'aujourd'hui on ne va pas s'y attarder exagéré (On y reviendra).
 
 
Finalement tu t'aperçois qu'on ne sait pas très bien comment se constitue la pensée communément chez nous.
Dans les contes scolaires qu'on nous racontait à l'école, les choses étaient simples. Les idées arrivaient par elles-mêmes sur le marché des idées, se battaient en quelque sorte toutes seules entre elles et triomphaient par leur intrinsèque qualité.
 
Ce n'est pas du tout vrai en réalité, et le libre jeu qui allait supposément avec ce vibrant vibrillonage spermatozoidien n'a pas de consistance sérieuse. Le jeu des idées n'est pas une juste course Gurkha. Tout y est différent. Tout y est pipé ou plus exactement tout idée a une charge préalable de notoriété spécifique personnelle, clanique ou familiale au sens large. Même E=MC2 n'a sans doute pas triomphé de la façon qu'on croit.
 
Les idées ne sont pas encore démocratiques si jamais il faut qu'elles le deviennent et le logos aussi, les filles d'aristo dans la pensée ont un incontestable avantage. Une idée est invisiblement affectée d'une pondération terrible qui lui donne sa pente et trace son avenir !
 
En ce sens nos idées sont empêtrées de forces conservatrices, de société établie, de puissance prédigérée, de tricherie, de fausseté.
 
Le débat sur le génocide-massacre que nous évoquons complique spécifiquement ici encore tout, car par chance il n'y a pas encore eu vraiment vrai faux-débat, l'intention collective en France -on ne sait pas comment et par quels mécanismes- a voulu délibérément calmer utilement le jeu franco-turc. Elle va peut-être un temps y parvenir à titre exceptionnel. Le vrai débat s'il y a lieu on le fera plus tard.
 
Tout le monde connaît le livre d'image méchant des sociétés dictatoriales et de pensée unique.
 
Nos sociétés sont elles des sociétés de pensée médiatique éclatée, agitée par l'actu, le bruit, la notoriété gueularde. Un sondage récent vient de montrer que les Français ne se sentent pas intellectuellement pris en charge correctement par leurs politiques (ni leur presse.).
 
 
 
{{4. Conclusion rapide}}
 
 
-Mais je vois d'après Fredo qu'il convient de remettre à demain le présent sujet dans sa malheureuse complexité.
 
Nous allons conclure provisoirement net, carré, simpliste si vous voulez, vu du populo à supposer que l'on en soit propriétaire, ce qui n'est pas.
 
- Sarko et l'UMP ont eu totalement tort avec leur loi stupide incandescendante.
 
- Erdogan a eu tort avec son jeu bruyant d'absurde matamore.
 
- Les peuples turc et français ont eu raison jusqu'à présent de garder convenablement leur sang-froid. Bravo !
 
Pourvu que ça dure !
 
 
************************************************************

 

{{Ocséna, Organisation contre le système-ENA et pour la démocratie avancée}}

 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans ZAZ DANS LE QUARTIER
commenter cet article

commentaires

Steph 01/01/2012 09:43



L'opéra des Vaches qui rient n'est pas de Richard Wagner




Tous nos meilleurs yeux à la coque


Aux myopes des avenirs nus


A ceux qui recouvrent la vue


Aux amateurs de mouillettes au beurre noir dans les épinards…
Ou les salsifis.



Il n’y a qu’à 47 pour que ça aille-aïe-aïe bien


dans le lâche cas Nikov outre Oural



Nous, nous sommes pour:


Les télécabines en chute libre


Le lance-presse-purée


Pour la patate épatée


Pour le ratatine arpions


Et les fraises écrabouillées


Sur les passages piétons


Sur les escaliers des mairies


Dans le foutoir des isoloirs


Mettons-nous au rouge!


Steph

ocsena 31/12/2011 23:59


Evidemment, c'est à présent l'heure solennelle : Bonne Année donc à tous les Nosotros Incontrolados, de la part des incorrigibles
Inoxydables de l'Ocséna.


 


Ceux qui parmi nous ne subissent pas la crise et sont à la neige en ce moment, la presse dans sa bonté juste et intrinsèque leur promet
de possibles avalanches.

Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 01/01/2012 10:53



Toutes nos amicalités aux inoxydables philosophes de l'ocséna. Un petit tour au Tenesee?



ocsena 31/12/2011 22:26


Digression :


 


{{Des tas de journalistes se font casser la gueule dans le village de la Madoff de Touraine (dans toute la presse)}}


 



{{Evidemment nous ne prendrons nullement partie dans cette sombre affaire, nous observons seulement que c'est en principe très rare pour commencer sympa une nouvelle
année.}}


 


{{Question éthique cependant encore : quand même a-t-on oui ou non le droit de se marrer ?}}

Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 31/12/2011 22:56



Avons-nous, oui ou non le droit de se marrer? Certes, mais nous débuterons sérieusement la poilade lorsque les banquière du micro-crédit auront cesssé de saigner les pauvres en offrant leurs
corps aux réverbères aux fins généreuses de la décoration urbaine...Là, il ne sera nul besoin d'être journaliste ou montreur d'ours pour divertir les foules...Il est vrai que parfois, contre
mauvaise fortune.....on fait bon coeur encore assez!



geneghys 31/12/2011 10:55


Je pense que le travail de mémoire doit venir de soi-même pour qu'il soit efficace et bien compris. Ce n'est pas aux autres pays de nous donner des leçons.


Et de prendre pour exemple la Chuiche qui a dû faire un travail de mémoire imposé par les USA, ou plutôt les avocats des victimes de l'Holocauste qui vivaient aux USA.


La Chuiche a dû mettre son nez dans le caca après une indignation féroce de la population devenue soudain anti-américaine. Une commission a donc été créée et dirigée par l'historien Bergier, le
fameux rapport Bergier. Au fil des déclarations filtrées malgré la finalité de l'ouvrage, l'UBS et la SBS ont cédé et cherché ces fameux comptes en déshérence. Ayant trouvé certaines sommes, ces
banques les ont versées aux avocats des victimes et ces dernières n'ont vu que pouic, parce qu'un avocat, ben c'est très cher!


Arrive la fin du rapport qui ne fut pas si catastrophique que ça, mais on nous avait déjà appris l'attitude de la Suisse quand elle eût dit, stop, la barque est pleine, alors, qu'on roulait sur
l'or des victimes de la shoa, ça nous a secoué, bien qu'on eusse certains doutes...mais pas tout le monde a des compets à l'UBS et la SBS.


Mieux, on a appris à s'autoflageller et de sortir toutes les saletés que la Suisse a fait lors de la dernière guerre mondiale. Plus rien nous étonnait. Et le parti UDC de la droite dure
zurichoise de prendre du galon pour revaloriser les valeurs helvétiques. Les vieux s'y sont retrouvés et ont grossi l'électorat de ce parti qui allait devenir le premier parti de Suisse. Blocher
ayant lui-même quelques actifs négatifs au nom de l'histoire.


On peut aller très loin dans ces démarches de révélations de génocides, de massacres, de lâchetés commises par des nations en temps de guerre. Le travail doit se faire lentement et cela doit
presqu'être une démarche personnelle d'acceptation. Forcer les gens les pousse dans des retranchements qui ne sont pas acceptables non plus. Merde...je ne sais pas comment formuler tout ça, mais
il y a des gens qui vont faire les hérissons et vont se réconforter auprès de ceux qui vont leur dire, mais non, vous n'y êtes pour rien et on va leur montrer qui on est, et d'autres qui se
disent oui, je suis d'un pays qui a fait cela et je dois l'accepter, mais cela ne me concerne pas personnelllement. Par contre, j'espère ne pas devoir faire les mêmes erreurs que mes ancêtres ont
fait...


Pfff. Crevée, je n'arrive pas à m'exprimer!!


Gene

ocsena 31/12/2011 10:17


Le côté "modéré" et peut-être moins délirant qu'à l'accoutumé du "fait" franco-turc que nous mettions en relief supra ne doit pas
nous leurrer toutefois.


 


Nous sommes bien ici chez nous dans une société médiatique brownienne, éclatée, où "Descartes" est peu présent : les
"analyses systématiques" puis les "synthèses obligées" ne sont pas le fort de notre monde d'actualité en permanence bousculée.


 


Non pas théoriquement que les journaux et les journalistes ne sachent pas faire ces choses, ils le savent parfaitement en théorie,
quand ils le veulent mais il le veulent rarement. Un bel article complet synthétique est une rareté anomalique, on pense que le Saint Esprit ou le spenta minou,  y est pour
quelque chose.


 


Bref ! pour diverses raisons on constate que le Débat a fui nos sociétés, que les journaux n'en font pas, qu'ils ne savent pas faire de
la vraie critique méthodique. Intellectuellement nous sommes techniquement au moyen âge


 


Bref la presse ne sert à rien sauf marginalement.


 


Dans le débat franco-turc une bien bonne nous est venue par la presse de la diffusion d'une pensée particulière de Pierre Nora lequel a
l'estime de tout le monde et la nôtre : Il faut laisser d'après ce qu'on comprend l'histoire aux historiens. Allons bon !?


 


Tout le monde est certes d'évidence ok pour que les historiens s'occupent particulièrement eux-mêms d'historiographie pour quoi ils sont
formés, il vaut mieux même. Mais enfin l'histoire ne se réduit pas du tout à l'historiographie.


 


Il y a dans l'Histoire, du vécu, du tragique, du rêve, du mythe, etc. qui dépasse largement le sympa jean-foutre historien et qui a
le droit de vous revenir. On disait ça bien sûr pour le fun et le plaisir.

Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 31/12/2011 11:08



Tout cela est joliment dit mais ça ne va pas tellement emmerder les Mayas dont le calendrier a retenu 2012 comme le théâtre de la fin du monde, et toc! Aux Pérou des chamanes se sont rassemblées
et pratiquent des incantations très colorées pour circonvenir la prophétie sous les yeux de nombreux touristes équipés d'appareils photo numériques.


Nous, ici en fRance, nous avons Sarkozy qui incantatoirement répette: -" Ce sera avec moi ou rien du tout"...Singulièrement nous avons tendance à penser exactement l'inverse, sans doute par pur
esprit de contradiction...


Cependant, au cas où Naboléon serait, par le concours d'un hazard fâcheux et un peu truqué, reconduit dans ses fonctions, nous sommes disposés à militer en faveur de la prophétie du
calendrier  Maya tant il apparaitra que nous sommes incapables de nous dépêtrer de toute position "de mes douze" ma foi très empêtrante.


S.