Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 10:26

Le nucléaire, question navigation c'est un peu -"la godille à vue"- comme sur la passerelle du "Costa Concordia":


Tous bourrés!


....Sans compter que la dite Cour s'est déclarée incapable de chiffrer avec précision le cout du démantèlement des centrales qui s'élèverait  tout de même à quelques cinquantaines de milliards sans parler de celui de la maintenance et de la surveillance des déchets en moyens techniques, militaires et policiers absolument "inchiffrable" sur des périodes de plusieurs centaines d'années....
De plus il appert  des observations effectuées sur une centrale en cours de "démontage" qu'en réalité "on ne sait pas exactement comment s'y prendre et que nous jouons dans ce domaine aux apprentis sorciers"
Hein qu'on vous l'avait déjà dit???
Steph.

-"Le dogme du nucléaire pas cher est brisé...

Reuters

Contenus associés

 
  • Reuters - il y a 1 heure 58 minutes

PARIS (Reuters) - Le rapport de la Cour des comptes publié mardi en France brise le dogme du "nucléaire pas cher" et balaie les vertus supposées de l'atome, estiment des écologistes, centristes et membres de la gauche radicale.

L'étude souligne que prolonger la durée de vie des centrales nucléaires au-delà de 40 ans semble inévitable sauf à accepter des investissements difficilement réalisables ou une baisse de la consommation d'électricité.

Dans l'hypothèse d'une durée de vie de 40 ans et d'un maintien de la production à son niveau actuel, il faudrait "un effort très considérable d'investissement équivalent à la construction de 11 (réacteurs de type) EPR d'ici la fin de 2022", écrit la Cour.

En tenant compte des dépenses de recherche, publiques et privées, qui représentent 55 milliards d'euros, le montant total des investissements passés ressort à 188 milliards d'euros, auxquels il faut ajouter les futures dépenses de démantèlement des 58 réacteurs du parc actuel, estimées à 18,4 milliards.

Dans un communiqué, le ministre de l'Industrie, Eric Besson, assure qu'au vu de ce rapport, le coût de l'électricité d'origine nucléaire "reste nettement inférieur à celui des autres sources de production dans toutes les hypothèses et quelle que soit la méthode de calcul."

Selon lui, la première conclusion de ce rapport "est que le mythe du coût caché du nucléaire s'effondre." "La deuxième c'est qu'il y a certes des incertitudes sur les coûts du démantèlement et des déchets, que nous nous efforçons d'ailleurs de réduire, mais surtout que ces incertitudes ne font évoluer que marginalement le coût du nucléaire", ajoute-t-il.

Mais pour l'Observatoire du nucléaire, un organisme indépendant, l'étude de la Cour des comptes marque "la fin de 50 ans de mensonges" des promoteurs de l'atome "qui n'ont cessé de prétendre que l'électricité d'origine nucléaire était de loin la moins chère."

"Ce rapport fera date car il confirme le coût faramineux du nucléaire futur", souligne l'adjoint au maire écologiste de Paris, Denis Baupin, sur son blog.

"Qu'on choisisse de prolonger la durée de vie des réacteurs existants (en les sécurisant et en tentant de les faire tenir dix ou vingt ans de plus), ou que l'on choisisse de construire des réacteurs de nouvelle génération EPR pour les remplacer, le coût du kWh produit sera près de deux fois plus élevé que le prix artificiel actuel", ajoute-t-il.

INCERTITUDES SUR LE CHIFFRAGE FUTUR

Greenpeace estime pour sa part que le "verdict" de la Cour des comptes "est sans appel pour l'EPR", puisque le mégawattheure produit par Flamanville "coûtera entre 70 et 90 euros, soit aussi cher que l'éolien terrestre."

"De quoi sérieusement compromettre l'avenir de ce type de réacteurs", dit l'organisation dans un communiqué.

Jean-Luc Bennahmias, vice-président du MoDem de François Bayrou et écologiste, estime lui aussi que le rapport de la Cour des comptes "vient ouvrir une nouvelle brèche dans l'argumentaire du gouvernement et des opérateurs."

"Le nucléaire coûte cher - les investissements déjà réalisés sont de l'ordre de 228 milliards d'euros - et cela ne risque pas de s'arranger", écrit-il.

Il souligne que la Cour des comptes "fait état des incertitudes qui règnent quant au chiffrage des investissements et opérations futures."

"Combien coûte le démantèlement ? A combien s'élève la gestion des déchets radioactifs ? Ou encore, à combien reviendra la prolongation de la durée de vie des centrales ?", demande-t-il.

Pour le Parti de gauche, tous ces éléments sont "autant d'arguments à prendre en compte pour le grand débat citoyen" que le Front de Gauche et son candidat à la présidentielle, Jean Luc Mélenchon, appellent instamment sur la politique énergétique de la France."- 

-"

 

Marrant hein?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans Sciences et technologies
commenter cet article

commentaires

geneghys 02/02/2012 12:18


Peut-être faut-il déjà demander aux Nippons combien leur coûte Fukushima. Sans compter une fuite de 8 tonnes de flotte contaminée cette nuit. (jour chez eux).


Et où donc est passée cette flotte? Mystère et boule de MOIX


G.

geneghys 01/02/2012 18:31


Merde, c'est quoi ce bidule!!


Je te recopie la fin des messages qu'il y eu sur FAICMFSF


Le dernier:


Et tiens!
Pour rigoler un peu: http://lpsc.in2p3.fr/gpr/sfp/superphenix.html

geneghys 01/02/2012 18:29


 


Ben j’avais complètement zappé, parce que la flemme, crois-je. Mais là, je relis et relis cette dernière phrase et quelque chose m’échappe…rien compris quoi!


Par contre, ce que je trouve assez ébouriffant, c’est le “les futures dépenses de démantèlement des 58 réacteurs du parc actuel, estimées à 18,4 milliards”. Là aussi, il y a quelque chose qui
cloche!
1 euro = 1.20 chf.
Or en Suisse, nous avons 5 réacteurs dans 4 centrales. Dans le prix de l’électricité que nous payons est pris un pourcentage pour le démantèlement et la gestion des déchets, (et non pour la
construction de nouvelles centrales). Pour sortir du nucléaire en 2034, le coût est estimé entre 2 et 4 milliards de francs.
Prenons la moyenne de 3 milliards de francs ce qui donnerait environ 2,5 milliards d’euros soit 500 millions d’euros par réacteurs x 58 = 29 milliards d’euros.
Plus de 10 milliards en plus…
De quoi faire tomber un 2ème A à l’économie française. Qui en prendra le risque??


Sans compter qu’en Suisse comme en France, le lobby nucléaire a un nez de pinocchio et que les estimations sont toujours données avec une note d’optimisme éhontée.


C’est peut-être pourquoi j’ai zappé les forces politiques et me suis concentrée sur les forces motrices à mensonges…parce qu’il faudra s’y faire: une centrale atomique à démanteler complètement et
ce, sans rencontrer de problèmes, ça ne s’est encore jamais vu et ça ne se verra jamais! Alors les zozos politiques ne devraient pas entrer sur ce terrain miné qui vont les faire sauter, foi de
l’atome!


hum hum


 


 


 


lire: http://www.zdnet.fr/actualites/nucleaire-incertitudes-sur-les-couts-du-demantelement-pointees-par-la-cour-des-comptes-39768102.htm#xtor=EPR-100


PDF: http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport_thematique_filiere_electronucleaire.pdf


 

Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 01/02/2012 23:04



Plus j'écoute les chiffres du gouvernement ou de ceux qui aspirent à y sièger; plus je me demande combien il me reste de doigts pour apprendre à compter. Avec acharnement je m'emploie, un à un à
les répertorier, et là aussi je ne tombe jamais sur un résultat satisfaisant...L'énigme demeure donc entière!


S.