Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 08:52

 

 

23 décembre 2012

 

La citation :  » L’unique moyen de gouverner les hommes est de taire la vérité  » énoncé par Roger Mondolini me faisait toujours penser comment la vérité se fait taire. Enfin, j’ai une réponse. Le soir du 19 décembre, les téléjournaux des chaînes turques ont commencé par donner la même nouvelle; le lancement du satellite turc Göktürk-2 avec succès. Il a été placé en orbite. La nouvelle a continué avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qui a suivi en direct le lancement du satellite d’observation depuis l’Institut de la recherche scientifique et technologique de Turquie (TUBITAK) se trouvant à l’Université technique du Moyen-Orient à Ankara. Cela va sans dire qu’il n’a pas manqué de faire de la démagogie en disant:  »Le satellite que nous avons lancé aujourd’hui montre que nous sommes l’un des pays plus puissants. »


Une image diffusée par les médias au public comme si ce satellite avait été lancé en Turquie. Mais en fait, le satellite turc a été lancé par une fusée chinoise en Chine.


Je ne suis pas sûr que dans l’Histoire, il y ait un homme politique qui soit venu à l’une des universités de son pays avec 3’500 policiers et 120 véhicules-escortes.


 

 

 

 

 

 

Des étudiants de l’Université protestant contre la présence dans leur campus du chef du gouvernement ont été violemment dispersés par la Police qui a utilisé des grenades lacrymogènes et des canons à eau. Plus de soixante étudiants ont été blessés pendant l’intervention. L’un des blessés risque de perdre la vie.


La réaction violente de la Police d’Erdogan contre des étudiants dans une manifestation pacifique est une preuve pure d’un régime autoritaire. Toutefois, alors que la police a recouru à une force excessive contre ces universitaires, les grands médias ont diffusé cette manifestation comme si elle avait été contre le lancement du satellite en annonçant une action anti-patriotique. Ils ne respectent pas du tout l’objectivité journalistique. Plus que ça ils osent informer le public avec des demi-vérités. Comme le proverbe dit:  »Une demi-vérité est un mensonge complet. »


Il faut ne pas attendre plus qu’un mensonge des grands médias étant dans une immense hypocrisie qui ne pense que promouvoir les intérêts cachés de leurs propriétaires. Il est bien probable qu’ils seront seulement le bulletin journalier de la police.


Le lendemain matin, la police a commencé à arrêter les étudiants qui avaient utilisé leurs droits démocratiques en les accusant d’être des membres d’une organisation terroriste. En Turquie, il est très facile d’être accusé d’appartenir à une organisation terroriste pour ceux qui s’opposent au gouvernement. Les étudiants accusés risquent une peine de dix ans de prison et vont perdre un droit fondamental, celui à l’éducation. Au nom de la lutte contre le terrorisme, les mesures prises par l’Etat turc ont constitué de sérieuses menaces pour les droits de l’homme. Des mesures de répression sont utilisés pour faire taire des opposants, des journalistes, des minorités etc. L’accusation d’être membre d’une organisation terroriste est une épée de Damoclès au-dessus de la tête des anti-Erdoganiste.


Le jour suivant, lors d’un entretien, le Premier ministre turc n’ayant aucun notion démocratique est pressé d’accuser ces étudiants de la manifestation. Il a précisé que les manifestants était en train de commettre un acte de terrorisme et donc l’opération des forces de l’ordre était inévitable. Quant à lui, une manifestation organisée pour montrer leur mécontentement est impossible pour les gens. Il importe de noter qu’il avait ouvertement déclaré que la séparation des pouvoirs constitue un obstacle à l’action de son gouvernement. Il est déjà seul pour décider de tout mais en plus, il ne veut pas partager le pouvoir avec les hommes qu’il a nommés.


La séparation des pouvoirs est l’un des principes fondamentaux de la démocratie. Dans un pays normal, cette déclaration ne serait pas possible d’être prononcée par un chef d’Etat parce qu’elle signifierait que sa vie politique serait terminée en termes de démocratie. Mais le Premier ministre turc peut se plaindre de la séparation des pouvoirs et quelques jours après, il peut parler de démocratie et de liberté. En réalité, Recep Tayyip Erdogan est en tête de son propre système appliquant d’une façon anti-démocratique qui n’est même pas possible dans un sultanat. Cette déclaration est un jalon important pour observer la progression intensive de l’application anti-démocratique.


Le gouvernement turc, utilisant tous les instruments juridiques et policiers, veut marginaliser les opposants actifs de façon à les faire vivre en vase clos. Pour lui, Hitler et Mussolini peuvent être de véritables boussoles dans le dédale des archives du fascisme et du nationalisme. Il est sur le point de mettre en lumière ces idées partagées par tous les dictateurs.

 

 

Les AZA

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article

commentaires