Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 10:49
  Peine de mort requise contre un des prévenus soupçonnés d’être les auteurs de l’attentat de Marrakech.

(Lesquels clament leur  innocence dans cette affaire…Pour nombre de vociférants,  semble-t-il,  ce n’est là qu’un “détail” fâcheux dans la procédure de “justice”…
Nul ne semble se questionner sur le “comment” ont été “obtenus” les “aveux” des présumés coupables “convaincus” de manière plutôt trouble, d’appartenance à Al Quaïda  pendant “l’instruction”…)

Alors que rien encore n’établit avec certitude la culpabilité des auteurs présumés (coupables ou lampistes du terrorisme d’État?), pour la première fois depuis 1992 la Cour réclame donc la peine de mort et même son application.


La foule, composée essentiellement des familles des victimes et de leurs comités de soutien auxquels il convient d’ajouter une cohorte de journalistes, de curieux avides de sensationnel, mais aussi de personnes persuadées de l’innocence  des prévenus exigeant leur libération immédiate, s’est regroupée devant le tribunal pour protester contre cette sentence la trouvant par trop douce et clémente  et susceptible d’apparaitre comme une ”récompense” accordée ”aux terroristes”  qui ferait d’eux  des “martyrs”…


 L’ingéniosité vengeresse et hystérique de certains manipulateurs  s’appuyant sur la douleur des proches des victimes gravira des sommets dans l’infamie des “nouveaux buveurs de souffrances”.


Ces mêmes foules qui, avant 81 en fRance par exemple, s’agglutinaient écumantes et vociférantes devant les salles de Cour d’Assises pour réclamer ” à hue et à dia ” “la peine de mort” (qui ne se souvient encore de l’affaire Ranucci,” le pull-over rouge”, pour n’en citer qu’une!) en toute circonstance contre de présumés coupables de faits divers -avérés ou non- sordides et abomiffreux, viennent singulièrement et très étrangement de basculer de la plus horrible et innovante des manières dans le camp des ”abolitionnistes” estimant qu’une exécution était en définitive un châtiment par trop insuffisamment féroce.


-”Plutôt un effroi sans fin qu’une fin effroyable…”-


Voila la formule inversée qui résumerait au mieux dans son retournement spectaculaire les dernières ”progressions” de la barbarie moderne d’une populace déjà ivre du sang de ces pauvres tombés par milliers sous la mitraille des défenseurs de l’Ordre et de la servitude généralisée de tous, pour avoir osé se révolter à mains nues  défiant la paisibilité de la misère consentie et des conditions qu’impose cette organisation sociale équipée de tout l’arsenal nécessaire (tanks, avions, canons, mitrailleuses, presse,radio et télévisions) pour mater les récalcitrants de tous bords.


Cette populace exige maintenant que les tourments qu’il convient d’asséner aux supposés coupables soient prosaïquement sans fin et même d’une violence inouie!

 

Elle exige de pouvoir toute entière s’asseoir sur la poitrine de ceux désignés à la vindicte afin d’en mutiler la possible respiration, à jamais, de les tenir cyniquement dans un état d’asphyxie permanente.


Elle exige sans même se demander si ceux qui leurs sont désignés et jetés en pâture comme ”le mal” sont ou non “coupables", le supplice permanent: la roue, l’essorillement, le pal, le pilori durable, estimant trouver là une hauteur et une certaine noblesse à la mesure exacte de sa vengeance .

 

Celle-là qui qui ne s’est jamais vengée ne serait-ce qu’un peu de tous les affronts qu’elle a presque toujours subi sans jamais se révolter ni broncher.

 

Il lui faut désormais plus que du sang, il lui faut ”le souffle long de l’agonie même” résonnant dans les haut parleurs poussés à fond sur les places, les avenues, les boulevards, dans les :ad vitam aeternam….

 

Dans l’imbécilité macabre, un cran record nouveau, après celui de la servitude volontaire, vient d’être franchi par cette catégorie de gens dont la cruauté dépasse maintenant en raffinements et subtilités ravageuses jusqu’à la célérité brutale de leurs bourreaux.

 

Il se trouve singulièrement que ces jours-ci, avec le trentième anniversaire de la mort de Georges Brassens on ”célèbre” aussi le trentième anniv’ de l’abolition de la peine de mort…

 

Ce jour se trouve de bien singuliers ”partisans et soutiens” de ce nouveau genre ”tortionnaires lucides et déterminés au pire” aux considérations hallucinantes exhibées et relayées ignominieusement sur toutes les chaines Tv complaisantes la veille du jugement de Marrakech au point de nous foutre la pire des nausées à perpétuité !

 

A BAS TOUT

 

(Steph)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans CONTROLE SOCIAL
commenter cet article

commentaires