Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 16:53

TABASSAGE HOMOPHOBE: L'EXT-GÖCHE IMAGINATIVE

geint et supplie  Manuel VALS de durcir sa police

______________________

 

 

http://gauchedecombat.files.wordpress.com/2013/04/capture4.png?w=504

-" Et donc, ce visage tuméfié appartient à Olivier, et cela s'est passé dans le 19ème... Tout ça pour un simple geste de tendresse... qui n'est manifestement pas passé inaperçu.  Dans un tel contexte, où ces gens qui prétendent défendre nos enfants les mutilent ainsi, n'est-il pas urgent d'agir, Mr Valls ? A l'heure où les exactions se multiplient contre celles et ceux qui défendent un nouveau droit, celui d'aimer librement, n'est-il pas temps d'agir enfin ?

Quelles que soient nos opinions politiques ou religieuses, nous sommes nombreux à attendre un geste de votre part, pour défendre notre liberté de conscience... et d'amour, face à ce qui ressemble de plus en plus à des tentatives de harcèlement et à une volonté intégriste de guerre civile. La loi existe, cela s'appelle "troubles à l'ordre public", si Maître Eolas, par qui j'ai appris cette affaire sur twitter,  veut bien le confirmer. Faisons la appliquer pour défendre nos libertés fondamentales. Il serait temps, avant que ça ne dégénère davantage..."-

_____________________

___________

ET AU COEUR DE L'ABOMINATION QUI N'EN FINIT PAS

SEXISME, HOMOPHOBIE, DISCRIMINATION

***

((Avec nos pensées bouleversées émues et solidaires envers Olivier et son ami))


Et que trouve à écrire notre "stylo" "bonne bille" du Front de Gôche Gédécé? Une supplique balbutiante et  gémissante au ministre de l'intérieur lui demandant de  sévir, que ses troupes soient encore plus présentes et sévères dans les rues et plus promptes encore à intervenir..."sans discrimination".

Saisissante démonstration larmoyante d'une certaine soumission à l'Ordre étatique...

Le malheureux GdC, très "sincèrement indigné" -(On le serait à moins!)-  ignore sans doute quel aurait été le sort de Olivier si, en plus d'être passé entre les pattes équipées (poings américains, battes de base-ball, marre de fer), des fashos, il avait pu bénéficier "démocratiquement" d'un "bonus de fin de soirée" en se jetant allègrement dans celles des flics bien connus pour "leur hostilité à l'homophobie sous toutes ses formes"...

Il y a fort à parier qu'alors, en lieu et place d'une photo nous présentant le jeune  Olivier le visage ensanglanté, tuméfié, ravagé par les coups et la douleur, on ne nous exposa plutôt un avis d'obsèques en bonne et due forme!

Qu'en sait-il, Gédécé, si la horde de fashos en goguette n'était pas constituée, pour toute ou partie, des "gardiens de la paix" du commissariat du coin arrosant copieusement la "fin de leur journée de service" sous l'uniforme par un "divertissement" à leur exacte mesure?

Gédécé n'aurait donc -de sa vie entière- jamais passé 48 heures de GAV (Garde à vue) dans leurs locaux et par conséquent jamais entendu les propos grasseyants et égrillards de salle de garde qui y sont tenus par les keufs-kronembourg à l'encontre des homo?

Il est vrai que le Front de Gauche n'a jamais, dans son programme, soutenu qu'il s'agirait un jour de licencier enfin la police et l'armée, les députés, les sénateurs, de raser les commissariats et les prisons, de bulldozériser les casernes et les palais...
De quoi me plains-je donc, moi qui m'étonne du virage "ultra-réformiste" abordé ici dans la forme et le ton par ce jeune homme jusqu'ici un peu "prometteur" devenu depuis peu " furieusement idolâtre"?


De quoi me plains-je donc, moi qui le l'ai jamais critiqué autrement que par des "égratignures courtoises" et "plaisanteries aigres-douces" pour son électoralisme "anti-sarko" croyant voir en Mélenchon l'homme providentiel qui chasserait le cabot à coups de pieds?


Sans doute aucun, il urgeait de lourder notre Nagy de Bocsa de Neuilly, et cela laissait supposer  que l'on entrava point trop tout ce qui pouvait concourir à ce résultat qui tactiquement ne pouvait plus attendre mais qui, hélas, nous replongea aussi dans "un mauvais remake" l'alternative de 2002:

Le Pen ou Chi-chi !!! Sarko ou Hollande!

 

Brillant résultat bordélique:

Nous avons les deux barils en un seul avec l'adoucisseur déjà dedans!

 
 

Rien, sous la plume de Gédécé ne nous inclinait à penser que le personnage abritait secrètement sous des traits avenants un "contre-révolutionnaire gigogne convaincu" (ainsi que se définissait son Sénateur et pétulant mentor, JLM him self, lorsqu'il nous martelait d'entrée en tribun oxymorique et finaud: -"Je ne suis pas révolutionnaire"- ).

 Au contraire,  souvent nous nous plûmes quelques fois à reconnaitre à GdC des élans brillants qui une fois débarrassés de leur foi dans les "Urnes-boite-outils" pouvaient nous laisser entrevoir qu'ils étaient comme tenus par une une personnalité potentiellement fréquentable une fois achevé et remisé aux rayons des accessoires et autres "trompe-l’œil" le cirque-tactillon des élections pestilentielles de 2012.
Forcément, en pareils cas la vieille formule -"Une erreur sur les moyens est aussi une erreur sur les buts"- nous revient dans la figure, immanquablement.

Moins d'une année après, notre ruisselet de "sympathie" se tarissant jours après jours en l'absence de toute canicule, notre "tolérance tactique" envers un certain réformisme flirtant avec le degré zéro, force nous fut faite d'admettre que l'eau avait indubitablement un arrière- gout plus saumâtre que riant. (Notez au passage que si nous avions été des "philosophes professionnels", voir des "politiciens", il nous aurait fallu bien des années pour admettre -trempés comme des soupes- nous être trompés comme des éléphants.L’ Histoire hélas ne manque pas d'exemples!).

Or à quoi assistons-nous maintenant? Le décor étant planté, les chaises en place, le guichet reste ouvert et il s'agirait rien moins, pour sortir des affres de la V ème République  que la "Gauche d'avant "81", dans la bouche même de F. Mitterrand qui la pointait du doigt en la désignant comme "Un coup d' État permanent", passer à la VI ème et d'en confier, une fois de plus, la rédaction à un collège restreint composé d'éminents spécialistes de la chose. Des Énarques fort probablement et non pas des voleurs à la tire, des soudeurs métallo, des ouvriers et ouvrières du textile, d'ex-prolétaires en rupture d'usine, du gibier de Pôle-Emploi fraudant peu ou prou quelques "petits sous" aux sadiques de la survie en cas de fins de mois difficiles.

 Aussi "simple" donc que d'appeler la police à la rescousse! Ce qui pourrait se conclure comme un pis-aller ainsi que nous l'avons démontré -dans le cas de Olivier massacré en pleine rue par des pochtrons avinés et fascisants- en critiquant Gédécé qui ne trouve rien de mieux en la circonstance que supplier un ministre d 'ordonner à sa police de faire montre d'une plus grande sévérité dans sa mission de "maintien de l'ordre".

Qu'adviendra-t-il  de nos abattis si quelque jour, sous la VI ème République nous venions à nous colleter avec les "Forces de l'Ordre", Qu'implorera alors notre Gédécé inspiré qui déjà s'exerce sur son blog à manier avec passion les ciseaux de la censure au nom d'une "éthique citoyenne du web" contre laquelle "bien pensante chose" nous avions tempêté? (tant pété?).

Exigera t-il qu'elle (la police de la VI ème) employa contre nous des gaz neuro-toxiques. du gaz Moutarde? le recours aux matraques-à-répétition en plus des hélicoptères de combat? la déportation dans des camps de rééducation civique pour convalescence? Il est vrai que c'est une position courageuse et téméraire que d'inciter le citoyen lambda à crier "Poliiiice!!!!Poliiiiice!!!'"à tout va, de s'en remettre le cas échéant à des milices plutôt que combattre toute une société dont l'organisation planifie idéologiquement tous les effets de l'aliénation, sa brutalité, ses violences, la bêtise infecte, la lâcheté que nous évoque irrésistiblement cet héroïsme consistant à beugler à tirelarigot  "Poliiiice!!! Poliiiiice!!!" à s'en décrocher la mâchoire, et puis enfin d'exiger de celle-ci, en plus de tout ce qu'elle est déjà, qu'elle soit elle-même, ubique, omniprésente et sévère.
(Depuis les chiottes, comme l'aurait dit Vladimir)
, depuis les blogs jusque dans les ateliers, les rues et les champs.(N'existe-t-il pas une législation tatillonne et particulièrement répressive encadrant la cueillette des champignons ou le ramassage du bois de chauffage?) et les forêts où d'aucuns envisagent de construire des aéroports, des sites d'enfouissement de déchets divers, des terrains militaires, d'y cultiver de la bouffe empoisonnée, de faire disparaitre le séculaire "droit d'Affouage"(*) que les paysans avaient arraché de haute lutte aux propriétaires fonciers, à leurs maitres et autres seigneurs, curés, évêques ou métayers collabo.

Il va de soi que lorsque nous rencontrons la nécessité confirmée d'un tel questionnement à l'égard de quelqu'un nous ne pouvions plus non plus lui témoigner la moindre patience ou  bienveillance "attentiste". De le citer ou de recommander ses textes à quiconque. Nous verrons bien comment de notre côté apprendre  un peu de notre naïveté et d'en tirer arguments.

(Steph)

,
(*)Droit remontant au Moyen-âge sans cesse combattu par l'aristocratie et l' Église qui le battirent en brèche  au point de s'en arroger à bon compte l'usufruit. Peu à peu, modulé à façon selon les ressource locales en matière de forêts et bois, ce "Droit" disparu peu à peu des codes ruraux sans s'éteindre tout à fait cependant. Je pensais en rédigeant ces lignes à Gracchus Baboeuf qui avait longuement disserté sur le sujet sans pouvoir en retrouver la trace sur le Net..

En voici une version dument édulcorée attestant de son existence:


Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans CONTROLE SOCIAL
commenter cet article

commentaires