Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 13:56

 

LE SAUVAGE ET LE PRÉHISTORIQUE, MIROIR DE L'HOMME OCCIDENTAL
09/11/2011
CONFÉRENCE AU MUSÉE à 21 h
Mercredi 9 novembre à 21 h

Conférence de Marylène PATOU-MATHIS
Directrice de recherches au Cnrs et responsable de l’unité d’archéozoologie du laboratoire de Préhistoire du Muséum national d'histoire naturelle.

Vu d'Occident, l'Autre a deux visages : le Sauvage - l'Autre dans l'espace - et le Préhistorique - l'Autre dans le temps.
Comment ces " imaginaires cousins ", qui se sont rejoints et superposés au XIXe siècle, se sont forgés dans les cercles érudits à partir des récits de voyageurs et des théories scientifiques, puis diffusés dans les milieux populaires grâce aux magazines illustrés, aux romans, aux expositions universelles ou coloniales et aux musées. Avec toujours en contrepoint l'Homme occidental, à la fois fasciné et rempli de préjugés.
Pourquoi l'altérité et l'existence d'une humanité plurielle, qu'elle soit passée ou présente, sont-elles toujours si difficiles à accepter ? C'est à cette question que Marylène Patou-Mathis tente de répondre.

© Dessin de couverture du livre paru aux éditions Odile Jacob (2011)





 

Assurément un bel Essais  d'assaut de M P-M

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans Nos publicités sont plus belles que les "leurres".
commenter cet article

commentaires

geneghis 21/07/2011 16:09



Je ne les vois plus! On s'est engueulé sévère et quand je décide de tourner une page, il n'y a plus rien à faire. A vrai dire, je ne sais même pas si ils existent encore. 


Quant à l'alcool, j'aurai bien voulu, mais mon foie n'en veut pas. On ne fait pas toujours ce qu'on veut, alors on se débrouille pour faire avec...


D'ailleurs, que de monde j'eusse perdu depuis que je fais partie du clan des damnés. Le mérite de faire le nettoyage.... 



geneghis 20/07/2011 19:30



J'avais imaginé une répartie plus moqueuse et plus soft.


Quant à l'invitation, il m'a été difficile de la décliner sans déclancher une série de questionnements et autres commentaires. Mais je fusse assez consternée par ce que je visse et cela fut une
expérience assez fascinante. 


Voir autant d'auto-suffisance à en avoir une indigestion m'a réveillé une vulgarité et un comportement inverse à cette démonstration de tant de pouvoir parce que tant de savoir. Je crois que les
vrais héro(ine)s que j'avais détectés étaient des gens intelligents qui maîtrisaient leur domaine tout en ayant l'humilité d'être un humain comme les autres. Car il en existe, et sont parfois
plus radicaux libres, mais plus diplomates aussi.


Je suis tout de même partie avant la fin. 


Fô quand même pas pousser!!


Bises


Gene



Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 20/07/2011 20:39



Forcément chère Gene j'en conclue que tu n'étais pas vraiment  à la noce...


De surcroit tu accumulais primitivement des allergogènes.Tu thésaurisais sans doute mais c'était avec pour finalité l'amitié et le partage...


Du coup vachard c'est le coup de pied de l'âne aveugle qui t'aura été assené sans prévenir...


J'enragerais sévère moi....


Coup de bol entre la poire et le fromage tu ne t'es pas infusé un choc anaphylactique très déplacé ....


Note bien que tout également dépitée comme tu me le fais remarquer, tu aurais pu te saouler dinguement et te répandre vengeressement sur la trainitude de la marrante marée-mariée ce qui fait
toujours un effet vachement boeuf, énorme si tu préfères...


N'oublie pas de te faire inviter pour le divorce.


Bises.
Steph.



Steph.K 20/07/2011 10:59



J'allai oublier:


Après une belle morsure, "cro-magnognesquement", après un bon coup de massue derrière les étiquettes, juste pour la forme, 
peut-être aurais-tu pu la prendre par les cheveux la tirer sur le chemin de table renversant ainsi flûtes de champagne, bousculant oeufs de lumpe et autres petits fous rires sous le nez des
convives médusés qui dans un bel ensemble murmureraient sidérés: -"Ha, la vache..."


Tant qu'à faire...Refuser ce genre d'invit' reste une option encore assez pacifique.


Bises


Steph



geneghis 19/07/2011 19:25



A cette grande question, j'ai déjà de multiples réponses. Et je n'ai pas été convoquée par le CNRS...


Par contre, lors d'un mariage auquel je fus conviée, ceci par une prof à l'uni de Fribourg, je fusse assise entre une femme qui ne fût autre qu'une responsable au département fédéral de
l'agriculture et son mari qui fusse prof en mathématique. Comme je souffrasse de non tolérance vis-à-vis des produits laitiers et que les 36 menus fussent accompagnés de crème, autant dire que je
ne sentasse point ma joie d'avoir fait le pique-assiette lors de l'apéro. Cette dame se pencha vers moi et me demanda quel était le problème avec les aliments qui nous furent présentés. Je lui
explicasse mon défaut de favrication et elle me demandit, à brûle pourpoint, sans que je m'y attendasse vraiment de sa part, si je pouvais consommer de la vache.


Ne sachant point si ce fût du lard ou du cochon, je me tournicoti, tournicota vers son mari en quête d'un signe à cette étrange question. Ce dernier ne préféra point parler, mais je comprisse, au
teint devenu rosé de son visage, qu'il éprouvait une certaine honte. Je cherchasse dans l'entourage de la tablée une face, un visage, quelque chose qui me donnasse un point de départ pour une
réponse et je ne visse que les yeux menaçants de l'ami avec lequel je fus venue. Apeurée par ce regard, je ne prononçai qu'un petit "oui" afin de ne pas saboter la soirée sensée être le plus beau
jour des fraichement mariés.


Cette question me marqua au fer rouge, le même qu'on utilise pour marquer les bovins.


Je ne soulignerai donc point que cette anodine petite question venait de la bouche d'une responsable du département fédéral de l'agriculture, puisque je l'ai mentionné plus haut dans ce texte.


@+


Bises


Moi


 



Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif 20/07/2011 10:51



Chère Gene,


-"à brûle pourpoint, sans que je m'y attendasse vraiment de sa part, si je pouvais consommer de la vache."


Sans aucun doute et afin de lui ôter tout soucis importun , de lever le cas échéant toute ambiguité inutilement  persistante, le mieux eut-il été assurément plus éloquent qu'une réponse même
laconique de te jeter furieusement sur elle, de la mordre férocement et ce jusqu'à la pojection du sang sur les convices alentours, son mari,  etc.


Elle se le serait alors tenu pour dit et bien dit.


CQFD.


Bizzzzzes.



Steph