Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 17:19

Peu après la publication de nos observations adressées au CREA de Toulouse, nous avons eu le plaisir de lire ce qui suit.(N.I).

______________________________________________________________________________________________________________


Toulouse/Paris :

 

Radicalisme de la misère, misère du radicalisme

 

http://cettesemaine.free.fr/spip/IMG/logo1.gif



Reçu par mail et publié par Brèves du Désordre, 31 août 2012

Ils s’envoient des communiqués de soutien mutuels, ils font chauffer le fax en direction de l’AFP, des ministères ou de la préfecture, ils reçoivent l’appui d’une partie de la gauche gouvernementale (Verts) ou des syndicats (Sud, CGT, CNT) et s’en vantent, ils envahissent les sites alternatifs depuis quelques mois, mais que veulent les occupants (et leurs amis) du CREA à Toulouse et du 260 à Paris ?


Ils veulent NE-GO-CIER, et ne cessent de le brailler à tous vents. Et pour cela, ils sont même prêts, audace suprême, à jouer avec les frontières de la loi en occupant illégalement des lieux.

Seulement, et cela même les cogestionnaires de la force de travail l’ont appris (eux qui au besoin savent où placer des bonbonnes de gaz et provoquer quelque confrontation musclée), il ne suffit plus de gueuler ou de se promener avec des banderoles dans la rue pour que les puissants entament une négociation réelle.

Alors qu’est-ce qu’on peut faire, à part se plaindre en prenant tout le monde à témoin ?

 

“L’Etat prend nos délégués pour des responsables quand il envoie la police”, “le ministère tient pas ses promesses”, “on se ruine en téléphone et on ne récolte que des CRS” ? Combien de leçons de démocratie réelle faudra-t-il pour que ces partisans du pragmatisme collectiviste trouvent la tactique gagnante sans enfourcher les chevaux de la violence ? Question à mille points qui ne trouvera de réponse que sur le dos d’une partie de leurs mandatés, les indisciplinés de leurs listes de demandeurs d’HLM, les insoumis à la discipline des travailleurs sociaux autogérés.


Comme on pouvait dire cyniquement qu’un des pires produits du fascisme était l’anti-fascisme, on pourrait dire au vu des extraits qui suivent, qu’un des pires produits de la misère est la misère du radicalisme.

 

Faire du syndicalisme de base sans même créer de rapport de force n’a jamais rien produit, mais surtout, penser réussir une négociation avec l’Etat sans rien offrir en contrepartie, sinon de la pacification sociale, relève sinon de la naïveté, en tout cas de l’illusion démocrate.

Une chose est de se battre pour bien plus que des cages à poules ou des centres (même sociaux) et que l’Etat fasse des concessions, une autre est de collaborer avec lui.

 

Quant au dialogue, il n’est possible qu’entre égaux, c’est à dire en situation de liberté (sans le chantage de la matraque) et de réciprocité (sans médiation).

 

Dans une perspective révolutionnaire, le seul langage qui tienne avec l’Etat est celui de la confrontation…


Enfin, au-delà du recyclage des vieux fonds de marmite (Des logements sociaux! Le pouvoir au peuple !), à quoi bon tous ces rendez-vous pour demander son dû à not’ bon maître ?

Face au vide relatif laissé par les structures de médiation traditionnelles, il semble que les apprentis-bureaucrates se bousculent de plus en plus au portillon, et qu’ils peuvent affluer de tous les milieux.

Cela tombe bien, face à l’incertitude liée aux restructurations en cours et aux possibilités d’explosions sociales toujours plus incontrôlables, le pouvoir a besoin d’interlocuteurs pour négocier quelques miettes, même s’il n’est plus disposé à les lâcher aussi facilement qu’avant.

A l’heure où beaucoup se rendent compte bon gré mal gré qu’on n’aura que ce qu’on arrachera, et où les illégalismes se font toujours plus diffus, il est plus que temps d’approfondir l’antagonisme social qui se creuse entre le vieux monde de la cogestion et de l’aménagement négocié de la survie et tous ceux qui ont tout à prendre, et beaucoup à détruire.


Face à tous les pouvoirs et à ses faux critiques,

 

action directe sans médiation !

__________________________

 

(Relayé pour N.I  et AZA par Steph)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article

commentaires