Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 12:36

 

Synergies européennes, késako?!


  http://lesazas.files.wordpress.com/2013/02/robert_steuckers.png?w=338&h=300 «Synergies Européennes» est une association ou «amicale paneuropéenne», c’est-à-dire qui concerne l’ensemble des pays européens ou mieux, qui prône une union étroite entre les États du continent européen, et qui a été fondée en Belgique en 1994 par des dissidents de la Nouvelle Droite française, notamment par Robert Steuckers qui en sera le président puis l’indéboulonnable secrétaire général.

Or, qui est donc Robert Steuckers?! Adolescent, Robert est fasciné par Robin de Bois, les légendes de la Table Ronde ainsi que le monde médiéval et mythique. En 1973, Alors qu’il avait 17 ans, il rencontre Jean Thiriart (Joyeux luron déjà mentionné) qui le fait entrer au GRECE qui, à cette époque-là, était aussi appelé Nouvelle Droite. Très vite principal contributeur du GRECE, Roro va diffuser l’idéologie greciste en Belgique.


Fin des années 70, Robert est proche du Front nouveau de Belgique (FNB), un parti politique d’extrême-droite nationaliste belge issu du Front national belge, et est membre du Vlaams Bloc (bloc flamand aussi nommé Vlaams Belang), un parti politique nationaliste flamand aux idées conservatrices, nationalistes et séparatistes. Néanmoins, il reste aux côtés d’Alain de Benoîst et sera le secrétaire de rédaction de la revue «Nouvelle école» en 1981. Mais il n’est pas d’accord avec les idées de GRECE et s’en éloigne petit à petit dès fin 1981, pour fonder, de 1982 à 1992, avec Jean-Eugène van der Taelen, un activiste belge d’extrême-droite, le cercle EROE (Études, Recheches et Orientations Européennes).


En 1993, Robert Steuckers rompra définitivement GRECE en 1993 pour créer une voie plus «activiste» et fonde, avec Gilbert Sincyr, «Synergies européennes», dont l’idéologie sera «le Nationalisme européen».

Ainsi, avec d’autres dissidents du GRECE tel que Jean Haudry, (un autre gai luron déjà mentionné) Robert Steuckers donne naissance à la «mouvance identitaire».


Mais qui est donc Gilbert Sincyr?! Ah ah! Gilbert est, dans ce qu’on appelle le «politiquement correct», un ethno-différencialiste ou différencialiste paaarfois nommé péjorativement néo-raciste ou raciste tout court, un anti-américaniste notoire, un pro-paganiste et le fondateur du site: «d’Euro-Jihad – Euro-Reconquista». C’est d’ailleurs pourquoi il qualifie l’idéologie de «Synergies Européennes» (SE) de «mouvement différentialiste».

Un des slogans forts de leur politique prétenduement  apolitique d’extrême-droite est:

«Le rôle d’un cercle « métapolitique » est aussi de diffuser de l’information en vrac pour aider les jugements à se forger, pour concurrencer, dans la mesure du possible, l’idéologie que véhiculent les médias. Nous diffusons en six langues, le français, l’anglais, l’allemand, le néerlandais, l’espagnol et l’italien. Ce sont les six langues de travail de Synergies Européennes en Europe occidentale. Bon nombre de nos destinataires sont multilingues et la combinaison de langues maîtrisées varie d’individu à individu. Ce service de documentation électronique vise essentiellement, comme vous le devinez, à contredire et à critiquer l’idéologie dominante, celle de la « pensée unique » et de la « political correctness », mais aussi à enrichir le discours de nos lecteurs, quel que soit le secteur où ils sont actifs, politiquement ou professionnellement. En confrontant les idées de leurs milieux national, politique ou professionnel à celles de milieux similaires dans d’autres pays ou espaces linguistiques, ils consolident leurs idées, apprennent à les illustrer avec davantage d’arguments donc à transcender tout ce qui pourrait être répétition stérile. Nous tranchons de la sorte avec les routines du nationalisme français comme avec toutes les autres routines qui sévissent ailleurs (dixit Roro Steuckers)…

 

(Et pour celles et ceux qui ont de la peine à comprendre, foutre le bordel sur internet et dans le mental de la société…une société qui est déjà en perte repères, d’où l’oppotunité du publier n’importe quoi. Stratégie de l’extrême-droite quoi!)

Bref, au sein des résistants européens de «Synergies européennes» quasi tous adeptes de la pensée de Carl Schmitt (un autre zig déjà mentionné), on retrouve:

L’intrépide Guillaume Faye (russophile déjà mentionné).


Louis Sorel, un apôtre de Carl Schmitt et du «choc des civilisations», relaie les concepts des diasporas de toutes nationalités et les articles des revues de Nouvelle Droite comme Krisis et Éléments.


Antun Martinovic et Dragos Kalajic, amis croate et serbe dont les travaux sur les verrous américains de l’UE et de l’OTAN sur les Balkans et la Grèce sont une stratégie pour asphyxier le développement de l’«Eurasie».


Lucien Favre, d’Euro-ruS géopoliticien européen qui ne voit que l’«Eurasie» comme destin.


Rudolphe Lussac, qui voit tous les « blancs » en tant que soldats politiques qui vont servir l’idéal de la grande renaissance européenne, une cause impérieuse, pure et dure comme le sont leurs bannières!


Pierre Monthélie, qui cite et déforme les propos du philosophe et essayiste suisse Éric Werner (notamment se servir de la peur comme contrôle social et l’islam est un arme qui facilite la tâche de certains partis!).


Jean de Bussac qui prône le paganisme et les arts martiaux.


Maître Jure Vujic, avocat chef de file de la jeunesse nationaliste en France qui fondera, dans le giron de «Synergies Européennes», le mensuel «géopolitique eurasiste» Au fil de l’épée.


Frédéric Valentin qui fait l’apologie de Maurice Allais, un économiste français brillant qui reçu le prix Nobel d’économie qui dut tomber sur la tête au Mont Pélerin (Helvétie) en 2009 et eut écrit alors à Jacques Cheminade pour lui déclarer qu’il s’associait à l’appel de l’Institut Schiller et de M.Lyndon LaRouche pour sauver le monde, (personnages cités dans le documentaire d’AZA, les obsédés du complot).

«Synergies Européennes» groupe franco-belge verra s’ouvrir les sections suivantes:

Italie, sous la coupe de la philosophe Alessandra Colla issue de l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan et journaliste en free-lance qui collabore avec les magazines «Eurasia» et «Terre Insubrian», ainsi que du libraire milanais Marco Battarra

 

Allemagne, sous la houlette du Dr. Marc Lüdders qui a écrit: «Die Suche Nach Einem Dritten Weg: Beitrage Der Deutschen Nationalokonomie In Der Zeit Der Weimarer Republik» (La recherche d’une 3ème voie: l’économie allemande au temps des contributions allemandes, la République de Weimer) en rupture de stock chez Amazon (américain…pffff!) et de Hanz-Dieter Hansen, «Plädoyer für den Staat; [suivi de] Autonomie Bestrebungen in Elsass-Lothringen: eine J F-Dokumentation; von Henning Jäde; von Henning Eichberg und Heinz-Dieter Hansen» (Plaidoyer pour le gouvernement; [suivi de] mouvements autonomistes en Alasace-Lorraine: une documentation J-F; Jade Henning, Henning Eichberg und Heinz-Dieter Hansen) et fondateur de la Deutsch-Europäische Stundiengesellschaft (Groupe d’étude germano-européenne).

 

Espagne, sous les castagnettes d’Enrique Moreno et Enrique Bisball-Rossel (qu’on retrouve dans «Terre et peuple» et «Action européenne»).

 

Portugal, sous la bacalhau de Julio Prata ((futur fondateur et directeur des éditions Hugin à Lisboa, édition qui publiera entre autre: Da Face Oculta Do Rosto Da Europa: Prolegomenos a Uma Historia Mitica De Portugal (La face cachée de la face de l’Europe: Prolégomènes à l’histoire mythique du Portugal) de Manuel J.Gandra)) (Prolegomenos étant un caractère propre à toutes connaissances métaphysiques qui aurait le droit de se présenter comme sciences…on a gagné la plaque en chocolat!)

 

Autriche, sous les yodels des géographes Andreas Nowak et Andreas Zachariasiewicz (pas trouvé grand chose, voire presque rien, mais quand on est rôdé à chercher des pseudos, rien ne nous étonne!)

 

Russie, sous les kalinkas Anatol M.Ivanov et l’hispanique (?) Pavel Toulaev (site de L’ATHENAEUM – une revue internationale russe)

«Synergies Européennes» s’inspirent de deux personnages tirés du fond des âges:

Otto von Gierke, juriste allemand pour sa théorie «Genossenschaft» qui pond 4 tomes ayant pour conception que l’individu n’est plus une entité à part entière, mais fait partie intégrante d’une société à la gomme telle une église, ou un syndicat et société à la gomme puissent s’organiser selon les besoins de la commune locale, aient leur propre système de loi et sont capables de vouloir et d’agir de manière collective.

 

Ainsi, la plus humble et la plus étroite (sic?!) des brebis a la même valeur que les autres. Ayant vécu de 1841 à 1921, il ne fut certainement pas confronté à toutes les brebis noires qui vinrent paître in Europa.


Et un autre larron Wilhem Heinrich Riehl, 1823 à 1897 fut quant à lui, journaliste-romancier allemand qui se retrouvera Conservateur général des antiquités de Bavière. Il analyse le folklore comme étant une science et s’aperçoit que la famille est le noyau de la société, ce qu’on ne trouvera pas dans les zones urbaines.

Et sa haine de la ville qui détruit la nature lui joue des tours, dans ses hallucinations certainement dues à l’ergot du seigle des vertes campagnes, le Juif tiendra le rôle principal dans Apocalypse Now! (Aujourd’hui, le Juif serait en seconde position, juste après le musulman!).


On peut dès lors imaginer sans peine d’où sortent les idées remises au goût du jour par «Synergies Européennes» et ses Consoeurs, «Synergies Européennes» qui organiseront des universités d’été de 1996 à 2002, afin de recruter de jeunes lessivés du cerveau qui iront essaimer leurs théories farfelues aux quatre coins de l’«Eurasie».

Leur  mouvemerdant s’est-il essoufflé?

 

euro_synergies

La schlague qui schlingue

!!!

 

Que nenni hélas!!! Si les revues ne paraissent plus depuis 2004, «Synergies Européennes» n’est pas inactive pour autant et son support est la Touâââle! Et la preuve que les AZA ne sont pas zinzin, on peut lire l’article du mercredi 20 février 2013: Terrifiant mais si vrai: La France «orange mécanique» de Laurent Obertone, rubrique écrite par Jean Ansar, journaliste de l’ARF – Agence (de presse) royaliste de France!  

Fin de ce dix-neuvième épisode absolument dramatique!

bonodoi

 

 

 

Tous les épisodes sur les AZATHEMES: EXTREME-DROITE

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans personnes insultées
commenter cet article

commentaires

Steph 24/02/2013 12:50


 




A Sumène, les boucs
émissaires du FN et de la Ligue du Midi ne sont pas des étrangers, mais les "immigrés de l’intérieur", venus de Nîmes ou Montpellier. [DR] Zizanie gauloise à la sauce frontiste



Paisible village des Cévennes jusqu’aux dernières
élections, Sumène vit sous haute tension depuis que le Front national en a fait une «terre de conquête». Surprise, les boucs émissaires sont... Français!


 


"Intimidation", "climat délétère", "insultes et bagarres".
En quelques semaines, les 1650 habitants de Sumène, commune cévenole du Gard, ont été plongés dans les eaux nauséeuses de "la stratégie de la tension" instaurée par l’extrême droite pour
s’implanter en milieu rural. Jamais ce paisible village réputé pour sa tolérance, à la population brassée, n’aurait imaginé connaître pareille tempête. Mais la présidentielle puis les élections
législatives ont rompu l’harmonie. Et révélé la fragilité du "vivre ensemble". La percée du Front national (FN) a en effet cristallisé une opposition – devenue violente – entre certains
villageois dits "de souche" et des néoruraux, désignés comme des "rabas" ("blaireau", en occitan) par les militants de la Ligue du Midi, un groupuscule très actif localement qui s’inscrit dans la
mouvance du Bloc identitaire.



Les BI sont donc un «parti politique» qui
se veulent apolitiques, voire alter-natifs (attention à la confusion des genres alternatifs etc...) ne croyant plus aux institutions en place et qui est en lien avec les autres «blocs
identitaires» européens avec lesquels ils échangent des informations aussi bien au niveau de leur communication que de leur idéologie. C'est un renouvellement des vieux statuts de
l'extrême-droite, mais avec un communication beaucoup plus intelligente.


Ils utilisent les méthodes à la
«GreenPeace», avec très peu de moyens et des experts en communications, pour faire des buzzz (ou coups médiatiques), et ça c'est une grosse différence! Ils savent utiliser les médias et les
outils de communication pour échanger et créer des liens sur différentes plate-formes européennes. Ce qui leur donne un poids beaucoup plus important qu'avant, quand ils étaient chacun dans leur
coin.


C'est aussi un saut générationnel car ce
sont avant tout de jeunes gens, souvent des adolescents encore, qui ont envie de foutre le bordel comme n'importe quel adolescent qui se respecte, et faire partie d'un groupe pour faire des
conneries sous l'égide d'une idéologie chapeautée par des personnages politiquement plus engagés et plus âgés leur donne une certaine légitimité et de quoi rigoler un moment! Ceci sans se rendre
compte vraiment qu'il y a un renouveau, un réseau qui essaie de capter ces idées et d'utiliser de méthodes modernes pour les mettre en exergue.


Jeune identitaire qui explique comment il
s'amuse pour faire un buzzz


«Aujourd'hui on est dans une société où,
ben, pour exister médiatiquement, il faut faire des coups. C'est quelque-chose que GreenPeace a fait parfaitement et dont on essaie beaucoup de s'inspirer, ce n'est pas que notre modèle en mode
de communication, mais toutes les actions Greenpeace, elles passent au 20h00, elle font un petit reportage, elles font des courses avec les baleines. Enfin, voilà, c'est toujours très très
médiatisé, ça passe bien, il y a une histoire, il y a un scénario, il y a du risque. Parce que c'est ça aussi qui intéresse les gens, il y a une démarche de prise de risques, donc voilà, c'est
notre modèle là-dessus, quoi!»


Une même matrice avec une pointe d'
«humour» suffit pour diffuser un message et les Identitaires ne sont pas les précurseurs. Mais il ont eu l'intelligence d'aller copier ce qui marchait bien sur les mouvements plutôt pacifistes et
de l'exploiter. Il faut bien se dire qu'ils n'ont pas les moyens de communication dignes d'un parti politique comme le FN ou le parti Jobik. Et exploiter ce filon-là risque fort de ne pas se
faire entendre et faire passer leurs idées à travers une population qui n'est pas forcément réceptive. Mais leur vidéo avec les masques de cochon dans un Quick halal ou d'autres genre de buzzz
incitent la presse nationale généralement à couvrir ces événements alors qu'ils ne sont pas forcément dans la nécessité d'être traitées.






Les Blocs Identitaires sont difficile à
recenser car ce sont des mouvances qui changent très rapidement. Ces mouvements proposent à le

Steph 24/02/2013 11:24




 


0


 


0

 

Rate This



Si l’aventure de la critique du fascisme au travers de la percée brutale et violente des Blocs Identitaires, peut être à la fois passionnante enrichissante, si une telle entreprise peut
encourager des rencontres et contribuer à forger des amitiés nouvelles en favorisant le développement d’une praxis collective inattendue face à l’ascension spectaculaire d’une barbarie surgissant
d’un long sommeil apparent très éloigné d’un néant définitif espéré, si les attraits que libère la critique ne partent pas directement du désir de libérer la vie quotidienne et ne trouvent pas
cependant le moyen de s’ étendre à toute une société et à tous ses modèles de fonctionnement comme à la reproduction de comportements sociaux, individuels ou collectifs pétrifiés dans la
résignation généralisée de la vie vécue en représentations, on courre alors le risque de devenir seulement « un spécialiste de plus » dans le nuage de la « pensée séparée »,
un rouage supplémentaire du mécanisme complexe de la contestation parcellaire et réifiée.


Le « Tout » d’un projet peut alors basculer dans ses contraires et ne devenir plus qu’un moment narcissique de « la contemplation de soi » devenue une forme d’ataraxie où se
superposent les images préfabriquées de la connaissance et de l’action réunies dans le Spectacle et la Séparation en tant qu’entités séparées.


C'est alors que règnent la "fausse contestation", le triomphe du "prêt-à-penser", l'indignation en miettes!!!


En se « spécialisant » dans le jeu des postures, « l’anti-fascisme » deviendra t-il alors à son insu le « porte-voix subtil » du néo-fascisme. Et tout sera perdu.



Steph.K