Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 21:49

 

Profile picture of Nosotros.incontrolados Nosotros.incontrolados said 1 hour, 27 minutes ago:
(Témoignage authentique/2012)

 

C’est pas l’tout ça…Mais

 

“c’est l’jour qu’on s’en va chez les docteurs…”

 

http://www.bmlisieux.com/images/tricot01_t.jpg


Alors comme pour un dimanche, quand c’est qu’on va à la messe, à un mariage, un baptême, à un enterrement assez tôt le matin comme il se doigte: On se fait “bieaux comme un sou tout neuf” de la veille:
On se lave, se frictionne à l’eau de Cologne, à la Lavande, on remise le linge sale, on se vêt de propre, slip et “tricot de corps”(Cf. Marcel et les kangourou qui font trembler les sacristies et les parquets!), on se cire les godasses assorties au futal, on passe la chemise repassée sans faux-plis,“à la vapeur chaude” sinon tu meurs,

Et que si pour les tifs, y a pas, c’est d’la gomina qu’on y  mettra, ou  de l’Astra de chez Lessieur aux OGM Méga-III !!! Faut qu’ça tienne bien!!! Faudrait pas avoir l’air mal-portant tout d’même!….“On peut bien être pôvres mais on peut aussi être propres!”

C’est qu’on va voir des “spécialistes”; c’est pas pour rigolationner-là!


Le jour se lève à peine, on est déjà debout; En voiture Simone! C’est moi qui conduit!!!

 

http://www.communes.com/images/orig/postcard/maxi/61001/30fa9dfe699f80dd7b8fb3b6756839cd


Après un long  parcours d’une plombe et des dizaines de broquilles à bord de la rossinante dont nous avons préalablement, la veille, vérifié les niveaux d’huile et d’eau, la pression des “peneumatiques”,empli le réservoir du carburant ad hoc et pas vraiment gratos, par une route sinueuse sous un crachin bas-normand qui embouillassait dégueulassement le pare-brise, au terme de près de deux plombes de chaos et de nids de poules, nous arrivons à l’hôsto dont l’aspect repoussant n’est pas sans rappeler -à mi-chemin-  les vétustes léproseries d’antan, les casernes à troufions, les maisons de corrections appelées aussi “prisons”…


Pas moyen de se garer malgré mon carton “handicapé” bien en évidence sans se frotter aux vigiles aboyant comme des molosses enragés…se garer loin de l’entrée donc…No way out, pas d’issue: Faire le reste du chemin à pince et à la béquille…

 

Ô Vindiu d’vindiu!!!

Mais nous ne sommes pas encore entrés que déjà nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge non plus:


C’est qu’il faut se fader l’incontournable et procédurière station bureaucratique prolongée aux admissions…

Rien que là, il te faut un dossier de quinze tonnes, bourrés de papelards et de numéro divers…

Coup de bol ce coup-là on avait rien oublié!

Direction fissa-fissa  le service idoine, la “salle d’attente” logée on ne sait pourquoi au bout d’interminables dédales de couloirs des plus folichons  et autres volées de marches à gravir dans une semi-obscurité…J’te jure!!!


Là, une bonne poignée de gens visiblement assez “pas tellement en forme”, exténuée, dépenaillée, silencieuse, docile hélas.


Le couloir est encombré de brancards et de fauteuils roulants sur lesquels gisent des personnes à peu près inertes sous l’effet combiné des antalgiques et des souffrances insuffisamment traitées…De bons “patients” sans doute…Comme chimiquement résignés…


Nous sommes dans le service ORL et Chirurgie maxillo-faciale de l’hôpital d’Alençon…Les plâtres et peintures tombent des murs, des dalles d’isolation  manquent au plafond laissant entrevoir des réseaux de fils électriques, des gaines de chauffage…Ça craint un peu…


Pour tout divertissement, sur une table basse entourée de quelques chaises en nombre insuffisant, quelques magazines désuets et d’un intérêt discutable dont un Paris-Match datant de 2009, un Figaro-Madame de 2008, un Nouvel Obs de 2010 ainsi que quelques vieux hebdo médicaux incompréhensibles et  hors d’âge.


Ci et là quelques affiches aux couleurs délavées autrefois clinquantes  en guise de déco dépérissent sur pied et recommandent aux pommes que nous sommes de nous laver les mains en sortant des chiottes nosocomiales….De nous brosser les dents, que sais-je….

Au terme de deux heures je me retrouve assis dans la bidule à bascule du Dr  X. qui, assisté du Dr Y vont m’examiner consciencieusement pendant moins de quarante secondes tout compris.

http://www.bium.univ-paris5.fr/aspad/img/pt/g01.jpg

C’est  X. qui commence.

Il doit s’aviser de l’état d’avancement de la marée, de la grosseur de mes crabes éventuels…

De son index ganté de latex il fourrage furieusement dans mon râtelier, sans ménagement, me faisant un mal de chien…Il remet ça, moi, n’y tenant plus je  lui tords sa paluche  comme je l’ai appris du temps où je faisais encore de l’Aiki-do…


Du coup il se débine avec l’air de quelqu’un qui vient de me prendre en grippe.

 

Vient le tour de Y encore plus bref…Un coup d’œil à l’aide de ses cuillères à miroir…Pfftttt,

Je suis encore allongé sur son machin de torture, sous la lampe, le croyant à la recherche de quelque autre instrument….Je l’entends sortir…Son assistante me dit que c’est fini, me tend une ordonnance pour aller me faire radiographier/scannériser/IRMiser/irradier les mandibules, ailleurs vite fait.

 

L’ordo? Une ligne, un paraphe. Rien d’autre!


Pas un médoc de prescrit, pas le temps de dire à l’un ou à l’autre que je suis depuis des semaines/mois sous antalgiques, que je résiste aux antibio,  et même aux anti-inflammatoires, que j’en bave des ronds de chapeaux.


Que dalle…


Et me v’là dans le couloir, gros-jean comme devant….Arrivé à 10 heure , l’estomac vide comme préconisé au cas où il y aurait des “prélèvements” à effectuer, il est 13h et quelques…


Y a plus qu’à rebrousser chemin, à cent bornes de là, pas plus avancé que ça, sans diagnostic ou pronostic.
Et toc!


Et il est question de faire encore quelques "coupes budgétaires" dans le domaine de la Santé Publique…

 

Y vont retirer les chaises et couper l'eau ou quoi?

 

 

(Steph).

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article

commentaires

Steph 01/03/2012 12:53



Je songe de plus en plus à me faire soigner en Syrie.A Homs...
Les anesthésiants y sont puissants, bruyants et non discriminatoires.Plus le sang y coule plus les "Marchés" s'en foutent plein les fouilles...(le plan "A" des salauds des
lobbies).




























J'ai déjà posté le bidule dans le "Ségrégation/handicapés"
sur FAIC'...


Et j'commence à m'occuper - avec quelque attention-  des questions inhérentes aux vieux
"zobs secs" pour indigents.


Donner du feu à la vie et que nul ne s'avise de venir nous casser les burnes.
Enfin, disons que je me rencarde, faudrait pas faire chier mes
proches, mes potes, quand même!
Bises de rage.
Steph