Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 09:12

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans COMMUNIQUES
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 19:09
Non Fides - Base de données anarchistes
)
 
à moi

Chronique d'un chemin caillouteux : Compilation de textes à propos de la répression anti-anarchiste en Bolivie et du prisonnier Henry Zegarrundo

___________________________________

_____________________


Le 29 mai 2012 à La Paz, capitale de la Bolivie, une vague de perquisitions est menée par la FELCC (force spéciale de lutte contre le crime), lors de laquelle treize personnes sont embarquées. De délation en délations, il ne reste que cinq inculpés, accusés d'un certain nombre d'attaques incendiaires ou explosives contre l'administration pénitentiaire, le vice-ministère de l'environnement, une caserne militaire, banques et entreprises entre 2011 et 2012. Parmi eux, Henry Zegarrundo est le seul à être resté digne de son éthique anarchiste face à l'Etat et ses sbires, rejetant toute forme de délation et d'innocentisme. Il est toujours incarcéré à la prison de San Pedro à La Paz. Voici donc un recueil de lettres de prison et de textes de contre-information et de solidarité sur la situation du compagnon et sur l'affaire en général, car pour nous anarchistes, la solidarité ne connaît pas de frontières.


Brochure lisible et téléchargeable ici.

 

(Relayé pâr nos soins)


Editeur : Non Fides - Base de données anarchistes
http://www.non-fides.fr

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 12:14

La centrale du Tricastin n'a pas attendu les résultats du conclave au Vatican pour nous faire un coup d'éclat "spectaculaire" visible à plusieurs dizaines de killomètres de là.

 

http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/02/28/906793/images/ressource/RTR2UGGY.jpg

 

http://www.leparisien.fr/environnement/nucleaire-spectaculaire-incident-a-la-centrale-du-tricastin-01-03-2013-2608315.php

 

Un énôôÔÔôrme claquement, un époustouflant arc électrique a alerté les populations avoisinantes en cours de soirée  à la célèbre centrale nucléaire 1.000 000 OOO de fois honnie. Les Grands Cru de  vins élevés dans la région sont d'ailleurs boudés par les  épicuriens les moins avertis. ( =:- 58% sur le marché américain! =: - 80% sur les marchés asiatiques!).


Les chômeurs et autres SDF ont eux-aussi délaissé cette appelation au bénéfice d'autres pinards à couper le souffle disponibles dans le "hard discount" de la Distribution bas-de-gamme.

 

Les zautorisibilités ont fait savoir qu'il s'agissait-là d'un simple incident sans gravité n'ayant corrompu (sic )en rien  l'environnement aux abords du site.


 

MÊME PAS PEUR !!!!BRRRrrrrr......!!!

 

http://www.leparisien.fr/images/2013/03/01/2608315_tricastin_640x280.jpg

 

(Ouf...On a eu presque peur l'espace d'une micro-seconde!!!)

 

*** 

 

Nous apprenions hier, tout à fait "incidamment" aussi que la recrudescence des cancers à proximité de Fukushima était visible à l'oeil nu.(SIC).

 

_________________________


Froussards que vous êtes

 

!!!



Puisqu'on vous dit que tout ça c'est ragôts et sornettes

 

Le Nucléaire c'est Nippon ni mauvais


 

Le Nucléaire est objectivement sûr à 180 %

 

Parole d'experts


!!!

http://lesazas.files.wordpress.com/2013/03/poichon.png?w=489

(Crédit Photo AZA-PRESS)


Sauf médisances archarnées,

nous affirmons n'avoir trouvé trace de bicyclette

 à proximité des sites de prélèvement de Carpes Rossignol.



(Steph)

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans Sciences et technologies
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:55

Et pendant ce temps-là…Ce vieux monde ne finit pas…


Un papus interruptus et un autre qui s’esbigne.



De Benoit XVI à Stephane Hessel.1 er:

 

La modernité dans les pas de la dévotion à tous ses étages!


(Avez-vous vu qu’on ne vous aura pas trituré le bulbe avec

 

le  "papy des indignéEs"

 

???


L’Homme à l’opuscule offusqué d’un côté.


De l’autre? le sale type à l’homélie urbi & orbi...


Quelle époque cher Cubitus!


 

Va dire à Rome....-"Tata Simone: fissa-fissa"!!!

 

_______________

 

Saintes Mères & Vierges Porteuses

 

http://p7.storage.canalblog.com/78/60/572846/84245275_p.jpg

-( Dessin réalisé à l'ombre du confessionnal par le diablotin Phil. Decressac)-

 

Castelgondolfo


le seul bordelino italiano autorisé

en dehors du Sénat et de la Chambre des Députés


-Une Sainte retraite lubrique-

 

(Steph)

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans CONTROLE SOCIAL
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:24

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 07:20

La rumeur d’expulsion sur la ZAD se précise pour demain matin, le 1er Mars ! Résistance sur la ZAD et partout ailleurs si cela se confirme !

((Une "Ragosse" à NDDL))

http://lutteaeroportnddl.com/2013/02/27/le-president-du-conseil-national-de-protection-de-la-nature-defend-le-bocage-de-notre-dame-des-landes-le-bocage-touche-par-le-projet-est-une-rarete/

 

http://lutteaeroportnddl.files.wordpress.com/2013/02/ob_f3dfad4393fbf938fe3344f3da43f009_secteur-3-alain-martin.jpg?w=199

 

Est-ce que "ça ragosse", les potes qui....?

 

-Clin d'oeil ami à Potocki:"Le manuscrit trouvé à Sarragosse"-

                                                                                                                          (Steph)


 

by collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

Les camarades de la ZAD ont apparemment une source qui leur confirmerait la rumeur d'expulsion pour demain matin (corroboré par le jugement défavorable pour la ferme de Bellevue). Nous restons prudent-e-s, car des infos obtenus auprès de sources nous ont déjà induit-e-s en erreur.

Cependant, la présence plus que massive de forces de l'ordre autour de la ZAD (plus de 80 camions et fourgons de CRS aux dernières nouvelles) nous laisse à penser que quelque chose de gros se prépare. Soit pour demain, soit pour les jours à venir. Et vu leur nombre, ce ne serait pas que pour Bellevue ! A l'instar des camarades de la ZAD, nous appelons aussi à se mobiliser dans tous les lieux de la ZAD menacés. Voir l'appel de la ZAD plus-bas.

Nous ne les laisserons vider la ZAD de toute vie !

Sur NDDL comme ailleurs, résistons à leur volonté de faire de nos espaces et de nos vies de simples usines à fric !

Des membres du Collectif de Lutte Contre l'Aéroport de NDDL

L'appel de la ZAD, visible aussi ici :

LA RUMEUR D’EXPULSION SE CONFIRME POUR DEMAIN MATIN

On n’est jamais sur.e.s de rien mais la rumeur est confirmé par une source à peu près fiable. Nous on est pret.e.s pour demain matin, rendez-vous à 5h30 à Bellevue. CELA DIT, rien ne confirme en revanche que c’est la ferme de Bellevue qui pourrait etre expulsée, d’autres lieux sont toujours menacés. Comme d’hab, c est patiquement toute la zad qui est concernée ; la Sècherie, Bellevue, le coin de la Potironnerie et toute la zone est (Far Ouezt, Nouveau Sabot...) et toutes les barricades et chicanes.

on vous tient au courant, restez dans le coin !

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 15:55

[île de La Réunion] La maison du fondateur local du FN ravagée par les flammes – Bras Canot (St-Benoît), nuit du 24 au 25 février 2013

Incendie dans la maison d’un militant du FN

La nuit dernière, la maison de Maurice Brasier a été ravagée par les flammes.

 

Même si la thèse accidentelle semble privilégiée par les enquêteurs, les leaders du Front National parlent d’un acte criminel. (Toujours en train de chialer ces thons-là!).


Hier, peu avant minuit, la maison du Fondateur du Front National (FN) à la Réunion – Maurice Brasier – a été fortement endommagée par les flammes à Bras Canot, sur la commune de Saint-Benoît. (Benoit est un  blaze très en vogue ces jours-ci..Et il fallait que ces sinistre clowns y aient tout de même une barraque et un restau!!!


Pour le secrétaire départemental du Front National Jean-Claude Otto-Bruc, il ne s’agit pas d’un accident. « Maurice Brasier est en état de choc. (…) Cet évènement est dramatique, c’est le deuxième bâtiment qui est détruit : le mien par écrasement, puis le sien suite à un incendie. Et ce n’est pas du hasard tout ça puisque le plus grand meeting de 2013 s’est déroulé hier »).

En effet, un déjeuner- débat s’est tenu dans le restaurant de Maurice Brasier dimanche 24 février, juste à côté de sa maison personnelle. Dans le coin, ça s'est mis à renifler la vieille haleine fétide au point d'incommoder nombre de riverains d'ordinaires joyeux et festifs, parfois trop concilliants....Mais faut pas pousser non plus!


Un technicien d’investigation criminelle a d’ores et déjà relevé un maximum d’indices sur les lieux du sinistre mais pour l’’heure, c’est bel et bien la thèse de l’accident qui est privilégiée par les enquêteurs puisque le feu serait lié à un problème électrique.


Leur presse (revue et corrigée par nos soins) – L’info.re, 25/02/2013 à 13h20

Cette entrée a été publiée dans action directe, actu, antifascisme radical, désordre, Nique la France, sans frontières et taguée , , , , , , . Bookmarquer ce permalien.

Une réflexion sur “[île de La Réunion] 


  1. Il s’appelait « Brasier »…Déjà une "provocazzionne" en soit; mieux: une alternative!
    En ceci comme en tout, il existe des « soluzzionnes »


  2. Pour le comparse, se nommer Jean-Claude Otto-Bruc ouvre peut-être aussi quelques pistes rigolotes dans le bric-à-brac nauséabond présent sur l’Ile… Sont tout de même culottés que plastronner ainsi impudemment agité  sous le nez des gens sans qu’en retour ne surviennent jamais  de « petits tracas »…


  3. Quoiqu’il en soit:


  4. BIEN FAIT!!!

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans LA NIQUE DES BELLES INSOLENCES
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 12:24

Un livre dont on ne saurait faire l'économie de lecture d'un bête revers de manche...

_____________________________________

 

« La violence policière est rationnellement produite et régulée par l’Etat », telle est la thèse du nouveau livre de Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle. Trois ans après L’ennemi intérieur, ce militant et chercheur en sciences sociales analyse la transformation des violences policières dans les quartiers populaires et leurs effets sociaux sur la vie quotidienne.

http://www.lesinrocks.com/wp-content/thumbnails/uploads/2012/12/police604-tt-width-604-height-403-attachment_id-330714.jpg

 

De lEnnemi intérieur:

  A  lire ce livre, on a l’impression que l’ordre policier a été un sujet fort de votre travail. Comment en êtes-vous arrivé à ce livre ?


Je fabrique des outils pour démonter les mécanismes de la domination. Dans L’ennemi intérieur, j’avais étudié l’armée et son influence sur la société de contrôle, ce travail montrait comment les guerres coloniales ont fortement orienté la restructuration sécuritaire du capitalisme tout au long de la Ve République. La manière dont la police s’approprie des personnels, des savoirs et des pratiques, des techniques, des méthodes et des matériels formés par, pour et dans l’expérience coloniale et  militaire – ce que Michel Foucault appelle les « effets de retour » – restait à approfondir. Il semblait nécessaire de faire le point sur les transformations de la police et de sa violence ces vingt dernières années. Pas pour l’amour des livres  mais pour renforcer les luttes.

 

Comment avez-vous circonscrit votre travail dinvestigation et daction ?


Je ne fais pas semblant d’écrire sur une société dont je ne ferais pas partie et que j’observerais depuis un extérieur introuvable. Je ne veux pas masquer le fait que toutes les méthodes et toutes les problématiques sont orientées par l’enquêteur, sa position dans la société et ses points de vue. Sous couvert de distance avec le terrain, de nombreuses études masquent nécessairement les privilèges et les connivences que le chercheur entretient avec la société. Alors j’assume le fait que j’enquête depuis un endroit précis – les territoires et les classes qui subissent quotidiennement et frontalement la domination policière, puis je fournis ces éléments pour permettre de critiquer mes résultats, pour les corriger et faire avancer notre compréhension du phénomène.

J’ai passé une trentaine d’années en banlieue parisienne et une quinzaine d’années dans les mouvements sociaux et militants. Je n’y ai pas fait ce que la sociologie appelle de « l’observation participante », j’appartiens à ce monde et j’y ai vécu de près les transformations de la police. J’ai formulé des hypothèses en mettant en commun les mémoires et les récits de nombreuses personnes subissant directement la domination policière et de collectifs qui luttent sur ce terrain. J’ai confronté ces hypothèses aux recherches universitaires sur la question, à un corpus d’autobiographies de policiers, à des entretiens et des récits de vie menés par d’autres chercheurs avec des policiers de différents corps et différents statuts, à l’observation des blogs de policiers et l’analyse des revues policières, de défense et de sécurité ainsi qu’aux archives de mouvements de luttes contre la violence policière. Du point de vue de l’action, je prends part aux luttes populaires contre les systèmes de domination et d’oppression. Je ne cherche pas à faire de la recherche engagée, il me semble qu’on ne peut séparer l’action, l’enquête et la vie quotidienne. Que l’investigation n’est pertinente que si elle est menée, au service des luttes et à travers elles. Ce travail est d’ailleurs le fruit de réflexions collectives et doit tout à celles et ceux qui combattent au quotidien.

 

Vous parlez presque d’une réactivation dune guerre contre insurrectionnelle dans votre livre. Quels sont les contours de ce champ de bataille ?


J’observe moins une réactivation qu’un processus long où la guerre et le contrôle, l’armée et la police, s’influencent réciproquement au point de quasiment fusionner dans certaines situations. J’affirme que la contre insurrection est la grammaire, la matrice, le programme idéologique et technique qui propulse le système sécuritaire. Mais il s’agit justement ici de bien voir comment s’opère la reformulation, la traduction, l’hybridation de la contre insurrection à l’intérieur de la société française. Il ne me viendrait pas à l’esprit d’expliquer que nous vivons la même chose que la guerre d’Algérie ou que les déploiements militaires en Irak. Mais j’observe que nous faisons face, dans les enclaves ségréguées de la société post-coloniale, à une forme de contre insurrection de basse intensité, médiatique et policière. Le quadrillage militaire devient occupation policière des quartiers (polices « de proximité »), les commandos deviennent des unités d’intervention féroces (BAC…), l’action et la guerre psychologique sont prises en charge par les médias dominants, la propagande d’Etat récupère la figure de l’ennemi intérieur « fellaga manipulé par Moscou » sous la forme de « l’islamo-gauchiste » ; les camps, la torture et le système de disparition sont relayés par la prison et la garde-à-vue, les brutalités et les meurtres policiers… Je montre comment des armes, des techniques, des doctrines, des pratiques issues de la contre insurrection coloniale et militaire, passent dans le champ médiatique et policier, comment elles sont réappropriées, ré-agencées  redéployées pour maintenir l’ordre social, économique et politique à l’intérieur de la métropole.


Est-ce que vous pouvez nous définir la « tactique de la tension » dont vous parlez abondamment dans votre livre ?


C’est justement cette forme de domination, régulée techniquement et rationnellement, qui puise dans les répertoires contre insurrectionnels, coloniaux et militaires, pour écraser les damnés intérieurs. C’est une référence aux mécaniques politiques qui permettent de contrôler la population en instrumentalisant la peur ou en fabriquant des ennemis de convenance. On parle souvent de «  stratégie de la tension » pour désigner les « années de plomb » en Italie, dans les années 1970. L’Etat italien manipulait l’extrême droite, grâce aux services secrets, et lui faisait réaliser des attentats qu’il attribuait ensuite aux anarchistes, ce qui lui permettait de justifier la répression du mouvement ouvrier et l’écrasement des mouvements révolutionnaires. Les gestionnaires de cette stratégie étaient d’ailleurs fascinés par la méthode française de contre-insurrection. Par « tactique de la tension », j’explique que cette technique qui consiste à fabriquer des ennemis de convenance pour faciliter le renforcement sécuritaire, est passée dans le domaine policier. Techniquement, cette traduction s’opère depuis le prototype colonial et militaire de la bataille d’Alger, en 1957. La Casbah avait alors été enfermée et étranglée par des forces de quadrillage et d’occupation militaro-policières, puis pénétrée, harcelée et terrorisée par l’envoi d’unités spéciales à l’intérieur pour capturer, interroger et faire disparaître les « meneurs ». Harceler et agresser une population enfermée et étranglée, engendre forcément beaucoup de tension. J’explique que ce schéma a été redéployé sur les quartiers populaires, par l’alternance, aux manettes de l’Etat, des fractions de gauche et de droite de la classe dirigeante, qui ont multiplié les unités d’occupation et d’enfermement ainsi que les unités d’intervention et de harcèlement dans les quartiers populaires. Progressivement a ainsi été reformulée une technique d’enfermement et d’agression combinée, supportée par des ressorts idéologiques très proches de la contre-insurrection et qui tente de détruire la vie sociale et les formes d’autonomie et d’insoumissions des « populations » ciblées.


Limpérialisme cest un concept assez fort. Dans votre travail, ça semble une évidence car vous êtes dans cette rhétorique mais si on vous demandait de le définir, vous en parleriez comment ?


Ce n’est pas de la rhétorique, l’impérialisme est un stade de développement du capitalisme et de l’Etat, qui arrive à un moment déterminé dans l’histoire de la lutte des classes. Il s’agit d’un rapport de domination à différentes vitesses et qui s’inscrit dans l’espace : c’est le processus d’expansion d’un Etat-nation partant à la conquête de territoires, de ressources et de populations en dehors de ses frontières et mettant en place des formes de dominations et de ségrégations basées sur la classe, le sexe et la race. Les géographes radicaux anglo-saxons expliquent que nous sommes entrés dans une nouvelle phase de développement de l’impérialisme qui ressemble très étrangement à la phase d’accumulation primitive qui avait donné naissance au capitalisme et qui fonctionne par la dépossession des ressources, des territoires, des cultures et des formes de vie autonomes. Je tente de montrer que les campagnes de conquête menées par les grands Etats impérialistes dans le « monde Arabe » (Irak, Afghanistan, Egypte, Syrie…) se combinent avec une dimension intérieure sur leurs propres territoires : l’expansion des mégalopoles urbaines (Grand Paris, Grand Toulouse, Nantes Métropole…). Cette expansion est supportée directement par la tension policière et vise la conquête puis la restructuration petite-bourgeoise des quartiers populaires, le renforcement du socio-apartheid, l’industrialisation de l’enfermement et la massification du néo-esclavage en prison. La police est le fer de lance de cette croisade intérieure.


Quest-ce que vous pensez des BAC que vous définissez comme un symbole de lordre sécuritaire ? Le sociologue Didier Fassin évoque la possibilité dune cohabitation tandis que Fabien Jobard se montre plus nuancé que vous également.


Ce n’est pas une question de nuances. La BAC est emblématique de l’oppression policière contemporaine, comme les CRS représentaient bien la répression en 1968. Mais je n’ai rien en particulier contre ces unités. Toute la police est chargée de maintenir l’ordre social, économique et politique. Et la police n’est pas la seule institution à assurer cette fonction. On peut soutenir les collectifs de victimes qui demandent la dissolution de la BAC comme à Millau, car c’est une manière offensive de se rassembler, mais la dissoudre sans attaquer le monde qui la produit ne changerait pas grand chose. Les agents seraient reclassés et de nouvelles unités créées ou recomposées pour assurer l’encadrement des misérables. Les BAC sont issues des polices coloniales en métropole et restructurées autour d’un modèle « néolibéral » d’abattage intensif. Elles traduisent bien les restructurations contemporaines.


Vous dénoncez la militarisation du métier de policier mais vous passez sous silence le fait quelle sest également accompagnée dune professionnalisation et dune meilleure formation des effectifs. Dans linvention de la violence, Laurent Mucchielli dit quil y a un recul des violences policières depuis 30 ans.


Je ne dénonce pas, j’essaie d’expliquer les transformations en cours. Et je ne me situe pas dans ce débat. La violence n’est pas une quantité, il n’y en a pas plus ou moins. Les formes de coercition évoluent en fonction des situations à gouverner. Si la police se perfectionne effectivement dans le nivellement de la coercition et qu’elle ne tire plus – pour l’instant, en France – à balles réelles sur les mouvements ouvriers, le nombre de personnes tuées dans les quartiers populaires ne cesse d’augmenter. Quand je finissais ce livre, en septembre 2012, 12 personnes avaient été tuées en six mois, un taux record en augmentation constante. Les armes « sub-létales » mutilent presque quotidiennement dans les cités. Dans certains quartiers, perdre un œil devient une menace quotidienne. Oui, les policiers sont mieux formés à contrôler les pauvres pour éviter de provoquer des révoltes ingérables. Mais dans les centres d’entraînement au maintien de l’ordre, c’est bien à la guerre urbaine qu’on les prépare. On ne peut pas le comprendre si l’on regarde du côté des policiers, qui essaient effectivement de tuer le moins possible, qui ont peur aussi et pour qui la coercition est minoritaire dans la journée ou dans une carrière. En regardant depuis la police, on ne perçoit pas les effets réels du renforcement sécuritaire. En l’occurrence, si l’on se place du côté de ceux qui le subissent, le constat est différent. Dans les quartiers populaires, les prisons, et les luttes sociales, la police gère un système de violence transversale qui broie la vie des gens, hier comme aujourd’hui, et qui, loin de rechercher à diminuer la violence, s’alimente et se ressource dans l’expérience coloniale et militaire.


Comment vous percevez Manuel Valls ?


Il incarne bien la gauche de gouvernement : quasiment les mêmes logiques et les mêmes pratiques que sous Sarkozy – car il s’agit toujours de soumettre et bannir les pauvres pour permettre au capitalisme de se restructurer – mais avec une propagande un peu plus subtile, un enrobage un peu plus soft et d’autant plus trompeur. Alors que sous Sarkozy, la figure de l’ennemi intérieur était récurrente, Valls se sent obligé de dire qu’il n’y a pas d’ennemi intérieur, tout en continuant à faire la même chose que ces prédécesseurs. Il ne fait aucun doute qu’il est conseillé par les mêmes personnes que Sarkozy ou Guéant, Alain Bauer parmi d’autres. Et la situation est toujours la même, les processus en cours continuent. Alors que la droite a tendance à réduire le nombre de policiers, à développer des unités féroces et à multiplier les technologies et les armements, la gauche conserve tout ça puis embauche et développe en particulier les unités d’occupation (« de proximité »). La succession de la gauche et de la droite aux manettes du gouvernement n’alterne pas les modèles mais les empile, elle assure la continuité de l’Etat et de son renforcement sécuritaire.


A la fin du livre, vous dites « organisons-nous », comment vous situez-vous politiquement ?


Du côté des opprimés, dans le camp qui veut en finir avec toutes les formes de domination. Je crois que seuls les premiers et premières concernés peuvent s’organiser pour abolir les systèmes d’oppression. Et qu’il faut tisser des alliances. J’essaye de mettre au centre de mon appareillage d’enquête les critiques et les constats des personnes qui subissent et qui luttent. Sous l’étiquette de « l’émeute », le pouvoir définit les révoltes populaires comme des sortes d’accès hystériques, des convulsions de violence sans raisons, mon travail consiste à les réinscrire dans la grande histoire des résistances à l’impérialisme. Je fais de l’enquête pour renforcer les luttes, pour décrire les mécaniques de l’oppression et cerner les rouages faibles.Ce système ne peut tenir sans la police et la prison. Je pense qu’il faut en changer, en finir avec une économie basée sur le pillage du monde au profit d’une minorité, et je crois qu’il faut pour cela rompre aussi avec les sociétés pyramidales, même celles où l’on choisit ses maîtres… Je crois que nous pouvons réussir à construire une société basée sur l’autogestion, l’entraide et le partage, sans chefs ni argent, où tout sera pour tous et où le peuple s’organisera par lui-même. La police passera alors pour une machine de domination archaïque.


Propos recueillis par David Doucet et Jean-Marie Durand

Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle, La Fabrique, 258 pages, 15 euros.

(Relayé ici sur proposition de Eva Lock-Khwua)

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 23:26

Actus anars 56 du 26 février 2013 

Boîte de réception
x
zark kraz
22:46 (Il y a 38 minutes)
 
à zarkkraz
Salut,
voilà à nouveau des rendez-vous tout plein !
Attention, l'adresse fedeanar56(a)yahoo.fr change et devient groupe.lochu(a)riseup.net. Le fournisseur riseup.net étant plus conforme à nos aspirations, c'est le moins qu'on puisse dire. Fini donc zark kraz ! Si vous aviez cherché le sens, c'était un peu vain, il n'y en avait pas. ;-)
Nous avons trouvé un p'tit filon de vidéos faites d'interviews de "personnalités" libertaires, libre-penseuses, syndicalistes et/ou pacifistes. Ainsi dans chaque nouvel envoi de cette feuille d'actus, nous en sélectionnerons une. Nous remercions au passage l'auteur de ces documentaires, le pacifiste Bernard Baissat, qui les met en ligne gracieusement.
La 1ère retenue est incontestablement celle sur May Picqueray, née à Savenay (en Loire-Inférieure, aujourd'hui Loire-Atlantique...), en 1898. Une vidéo de 69 minutes pour 85 ans d'anarchie ! Pour son bouquin autobiographique, elle était même passée à la télé chez Bernard Pivot dans Apostrophes... Au groupe Francisco Ferrer (Lorient), dans les années 90, de larges extraits de cette vidéo ont servi à introduire des débats de présentation de l'idée anarchiste... D'où le coup de coeur !
Ecoutez MAY PICQUERAY, un film de  Bernard Baissat

 
La bataille sociale fait rage. Il ne faut donc pas rater le rendez-vous contre "un ANI qui nous veut du mal" : l'Accord national interprofessionnel (ANI) co-signé par le patronat et 3 syndicats : Cfdt, Cftc, Cfe-Cgc en janvier de cette année et qui peut devenir une terrible loi régressive pour le Droit du Travail, dès mars... si elle est validée par les parlementeurs. Grève interprofessionelle et manifestations partout en France mardi 5 mars ! Voici les rendez-vous en Bretagne, à l'appel de 4 organisations syndicales (Cgt, Fo, Fsu, Solidaires). En Pièce Jointe, vous trouverez l'excellent tract du collectif brestois en marche contre l'injustice sociale.
 
Morbihan :
LORIENT : 10h30, Cosmao Dumanoir
LE PALAIS (Belle-Ile) : 11h00, Le port
PONTIVY : 11h00, à la permanence du Député. 24, rue Frédédic de Lourmel
 
Finistère :
BREST : 11h, place de la Liberté
MORLAIX : 11h, place de la Mairie
QUIMPER : 11h, place de la Résistance
QUIMPERLE : 11h, espace Coat Ker
 
Ile et Vilaine :
RENNES : 11h, place de la Mairie
 
Côtes d’Armor :
ST BRIEUC : 10h30 place de la Liberté
Loire-Atlantique :
NANTES - 10h30, Place du Commerce
ST-NAZAIRE - 10h30, Place de l’Amérique Latine
ANCENIS - 10h30, Station Esso
CHATEAUBRIANT - 10h30, Place de la Mairie
En mars, contre des militantes et militants anti nucléaires et anti THT (ligne à très haute tension), il y a 8 procès ! Ces personnes ont besoin de soutien. L'appel est sur le blog : Nucléaire : en mars, 8 procès, 18 prévenu-e-s !
Pour d'autres rendez-vous, n'oubliez pas les excellents Rennes Infos, Indymédia Nantes et le site zad nadir bien entendu.
Radio libertaire s'écoute toujours en podcast ici et le Monde libertaire peut être lu . Vous pouvez acheter des bouquins anars chez Publico.
 

 
Les nouveautés débutent par * et comme d'hab', le groupe ne se reconnaît pas obligatoirement ni intégralement dans chaque initiative présentée dans cet agenda.
 

@narchas salutations,
---------------------------------------------------------------------------------

* Mercredi 27 février - Rennes - Projection du documentaire "In Nomine Patris" (constitué essentiellement de témoignages d'hommes qui ont des approches diamétralement opposées : antiféministe/proféministe. Le film vise à montrer comment certains pères affirment parler Au nom des pères pour agir contre les droits des femmes et les féministes. Bien qu'ayant été produit il y a quelques années, ce documentaire permet d'expliquer et de critiquer les événements survenus récemment dans des grues à Nantes...) 19h00 au Papier timbré (39 rue de Dinan)
  
------------------------------
--------------------

* Jeudi 28 février - Gourin (56) - Cinéma Jeanne d'Arc : "Des abeilles et des hommes". Séance suivie d'une rencontre avec José Nadan, apiculteur et président du syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne) - 20h - Tarif unique : 3,50 euros   
   
------------------------------
--------------------

* Jeudi 28 février - Augan (56) - Café coopératif Le champ commun - 20h Discussion publique et critique : Informatisation de nos sociétés, développement de la bureaucratie, gestion de masse, atrophie de la liberté, possibilités de renverser la situation… Avec un des auteurs du livre « la liberté dans le coma » - édition la lenteur - 2013. Rédigé par le groupe MARCUSE (Mouvement Autonome de Réflexion Critique à l’Usage des Survivants de l’Économie)

--------------------------------------------------

* Jeudi 28 février - Lorient - 18h30 Soirée apéro-sciences, jeux et débats autour de la question des enjeux de l'eau dans le monde. Organisée par les Petits Débrouillards. 1, avenue de la Marne

--------------------------------------------------
 
Vendredi 1er mars - Vannes - Soirée Brassens avec le groupe "Amis de Georges en Morbihan" - Café l'Eloge de la lenteur - 20h30
    
 --------------------------------------------------

* Samedi 2 mars - Saint-Nolff (56) - Festival en soutien à la lutte contre l'aéroport de NDDL - De 15h à 1h : Projections, expositions, stands spectacles (Cie H2O, collectifs d'impro) et concerts (Hocine, Bruno Labouret, Batucada Ploukatak, Little big swing; Dr Schnock, La fée du zinc et Surprises) - Restauration et bar - Prix libre
    
 --------------------------------------------------

* Samedi 2 mars - Concoret (56) - Manifestation pour dire Non à la méga décharge projetée par le Smictom centre ouest - 14h Place de l'église - Organisée par Sauvegarde de Brocéliande

------------------------------
------------------

* Samedi 2 Mars - Augan (56) Café coopératif le Champ commun - 16h : Atelier fabrication d'instruments de musique - Cette animation s'inspire de la "pédagogie Montessori" est une méthode d'éducation dite ouverte - Chapotée  par l'association L'air de Rien, association de promotion des savoir-faire locaux

------------------------------------------------

* Samedi 2 mars - Lannion (22) - Concert anarcho-punk et hip hop rouge et noir avec Edouard nenez et les princes de Bretagne, L'alerte rouge, Les Prouters, Early punk, Torgnaule. Stands Cnt, Fédération anarchiste, No pasaran. Au bar Le Pixie. 4 eur. Organisé par Premières sommations

------------------------------------------------

* Mardi 5 mars - Lorient - RDV départemental 10h30 Manif interprofessionnelle contre l'ANI (Accord national interprofessionnel - pourri - cosigné par le patronat et CFDT-CFTC-CGC qui doit devenir une loi le 6 mars) à l'appel de CGT-FO-FSU-Solidaires. Boulevard Cosmao-Dumanoir

------------------------------------------------

* Mercredi 6 mars - Vannes - Cercle de Silence contre les expulsions de sans-papiers et contre le racisme (y compris d'Etat) - 18h30-19h30 - esplanade du port

------------------------------------------------

* Samedi 9 mars - Quéven (56) - Marche contre l'excision 17h devant la mairie : accueil, apéritif musical et repas

------------------------------------------------

* Dimanche 10 mars - Lanester (56) - 16h Marche contre l'excision à l'espace derrière la piscine : accueil en musique, goûter, Flash mob sur le titre “Non à l'excision” de Tiken Jah Fakoly, 19h salle des fêtes - Apéritif / concert (Phonie douce) et Repas froid en chansons.

------------------------------------------------

* Lundi 11 mars - Hennebont (56) - Marche contre l'excision. Arrivée silencieuse devant la mairie avec le cercle de silence du mouvement de la paix. Marche avec les musiciens du groupe HIZIV. Repas.

------------------------------------------------

* Du jeudi 14 au samedi 30 mars - Lanester (56) - Festival de chansons françaises à textes "Mars m'enchante" avec Chloé Lacan, Courir les rues & sa band, Agnès Bihl, Cie Les paletuviers "Mon pantalon est décousu" (jeune public), Les grandes bouches, Karim Gharbi, Jeanne Garaud, Romain Didier, Chanson plus

------------------------------------------------

* Samedi 16 mars - Vannes - 2 ans après Fukushima, rassemblement pour exprimer notre solidarité avec le peuple japonais et toutes les victimes du nucléaire. 16h - Esplanade du port. Initié par Stop nucléaire 56 trawalc'h.

------------------------------------------------

* Samedi 23 mars - Sérent (56) - 20h Projection docu-débat "Le bateau en carton" : film suivi d'un échange avec Ivan Akimov de Kesaj Tchave sur la culture Rom en Slovaquie - 22h Concert puis Bal Tzigane - Participation libre

------------------------------------------------

Samedi 30 mars - Lorient - Festival libertaire Unies sont nos cultures - Concerts au Galion anarcho punk et sound anti-system avec Broken (Kreizbreizhkistan), The Decline (Rennes), Chas gourlen (Breizh), Rudy's Back - Organisé par Mala semilla - 6 euros - 19h

------------------------------
--------------------

Dimanche 31 mars - Lorient - Festival libertaire Unies sont nos cultures -  A partir de 12h : projection vidéo, débat, graff, table de presse, percus , expo... (avec la participation du groupe libertaire Lochu entre autres) - Au Galion - 19h Concerts anarcho punk, dub, électro, hip hop avec Cartouche (Paris), Mauvaise graine (Lorient), Unité Mau Mau (Rennes), Dub à mix (Paris), Rain desert (Lorient) - 6 euros

--------------------------------------------------

* Samedi 6 avril - Séné (56) - Pique-nique végétarien. ChacunE apporte un plat végétal, une boisson, à partager. Ouvert aux personnes déjà végétariennes et aux curieux. Une table de presse sera à disposition sur les droits des animaux, l’écologie, les rapports Nord-Sud, les aspects nutritionnels du végétarisme ainsi que des recettes. Midi. Place Coffornic. Organisé par le collectif Veg 56

--------------------------------------------------
 
* Samedi 13 avril - Gurunhuel (22) - Concert anarcho punk (5 groupes de Bretagne) de soutien au local autogéré PK2 - Rétroprojection - Prix libre 20h - Orga : PK2 + DZP

--------------------------------------------------

Samedi 11 mai - Notre-Dame des Landes (44) - 14h Chaîne humaine autour de la ZAD (25km) pour dire non à l'aéroport - il faut être 40 000 !

--------------------------------------------------
TRACT 5-03 COMITE DES LUTTES.pdf TRACT 5-03 COMITE DES LUTTES.pdf
198 Ko   Afficher   Télécharger  

 

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 17:00

Cliquez là-dessus... Et gerbez de bon coeur!

(Vous verrez peut-être Montmartre aussi!)

________________________


http://www.challenges.fr/economie/20130214.CHA6248/ce-que-coutent-encore-giscard-chirac-et-sarkozy-aux-francais.html?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obnetwork

http://lesazas.files.wordpress.com/2012/05/riches-et-pauvres.png?w=820


___________________________________________


Naîfs pingouins vous exigez de vos "zébus"  qu'ils votent des lois

contre les chômeurs

contre les immigrés

contre les demandeurs d'Asile

Vous exigez des lois concentrationnaires supplémentaires

Comme si  les individus qu'elles visent 

étaient cause et faits de la misère que vous endurez

Comme si ceux-là vous volaient les allocs et les logements qui vous seraient dus

__________________________________

 

Vous pensez que les hôpîtaux et autres centres de soins

seraient squattés par des profiteurs

 alors que les émoluements d'un seul d'entre tous ceux qui ne vous représentent même plus

suffiraient à accueillir et soigner n'importe quel habitant de votre quartier

sans distinction de couleur ou de confession religieuse ou philosophique pendant une année au moins!

 

__________________________________________

Si seulement vous vous doutiez de ce que votre frilosité nous inspire

!!!

Décidément nous ne vous aimons pas


!!!

Partager cet article

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans GUERRE SOCIALE
commenter cet article