Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 08:14

  Nous ne voulons pas de nouvelles prisons ;

nous voulons raser au sol tous ces lieux infâmes.

Nous ne voulons pas que les villes  deviennent davantage de ces relais-prison, taillés dans le vif d'un urbanisme concentrationnaire entre-coupé de quartiers "bo-bo" et les campagnes des bagnes pour satisfaire et rassurer les riches, les puissants, les eurocrates et les fonctionnaires. Nous ne voulons pas de ces taules ni même d'aucune autre parce que nous n’acceptons pas que l'impuissance de ce ce système à gérer ce qui découle naturellement de ce qu'il produit et comment il le produit, parceque nous refusons que cet Ordre Social impossible à réformer s'ingénie -afin de se maintenir encore un peu-  à  l'institutionnalisation de la barbarie sophistiquée qu'est l'enfermement des personnes et la kirielle de mesures annexes qui en découlent inexorablement, le durcissement des conditions de vie, la misère croissante et la criminalité connexe, les agressions policières, l’abrutissement de nos cœurs et nos têtes par un monde qui ne tourne que pour le fric et le pouvoir. Nous voulons la liberté.


Nous nous insurgeons pour elle, et combattons pour la liberté de toutes et de tous.

Quelques milliers d’exemplaires en ont été mis dans les boîtes aux lettres du bas de Saint-Gilles.

 

http://pagedesuie.files.wordpress.com/2013/04/prison.png?w=560

Partager cet article

Repost 0
Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif - dans BASTONS DANS LES TAULES
commenter cet article

commentaires

Les Chats Noirs 19/04/2013 13:08


[Belgique] En lutte contre la construction d’une maxi-prison dans le nord-est de Bruxelles


L’État belge prévoit la construction d’une méga-prison de 1200 places dans le nord-est de Bruxelles. C’est un appel à la rébellion. A partager et à diffuser largement !


 


Source: Indymedia Bruxelles


En lutte !


Contre la construction d’une maxi-prison et tout ce qui nous opprime


L’État veut construire 13 nouvelles prisons, dont une au nord de Bruxelles, à Haren. Soi-disant pour fermer St gilles et Forest. Ce projet nous fout la rage ! La taule de Haren sera la plus
grande prison jamais construite en Belgique. Elle pourra enfermer au moins 1200 personnes, et concentrera la plupart des régimes carcéraux qui existent : des femmes, des mineurs, des prévenus en
attente de jugement, des personnes sous internement psychiatrique. Et même un tribunal pour ne plus avoir à faire de transferts.


Nous luttons contre ce projet parce que les taules nous font horreur, que nous ne voulons d’aucune prison, pas même des nouvelles hyper modernes et des mensonges d’humanisation qui vont avec. Ils
veulent nous endormir avec leur discours, mais une cage reste une cage. Les prisons, servent à enfermer ceux qui nuisent au pouvoir. Ils sont privés de leur liberté de mouvement et parqués comme
des chiens, cachés derrière des murs, pour bien nous faire comprendre ce que ça coûte de pas respecter les lois. Régulièrement, des personnes sont torturées par les matons qui se croient tout
permis. La loi couvre les tabassages, et les scandales qui éclatent de temps à autre le prouvent bien. L’Etat se garde le monopole de la violence pour nous maintenir sous contrôle et que nous
restions de bon petits citoyens obéissants et travailleurs. Et les autres finiront au trou!


Nous ne luttons pas pour «  dénoncer les mauvais traitements  », ni exiger de meilleurs conditions de détention, une meilleure police ou un capitalisme moins brutal. On n’a aucun espoir
que l’Etat nous écoute, on n’a rien à attendre ni à demander. Que ce soit en Grèce ou en Espagne, y’a des milliers de gens dans les rues, qui expriment leur dégoût et leur colère, et l’Etat leur
envoie les keufs et multiplie les mesures d’austérité. En vrai, la répression devient de jour en jour plus présente, et le pouvoir lui, renonce à aucun de ses projets pour faire toujours plus de
fric. On licencie des milliers de personnes d’un côté, et on construit des taules de l’autre. La crise c’est pas dans le sécuritaire, on pourra devenir maton, vigile, ou contrôleur! Mais si on
mange pas de ce pain là, et qu’on choisit la débrouille en marge de la loi, ce sera p’têt les anciens collègues de boulot qui auront les clés de notre cellule…


On est tellement scotché dans la survie que c’est dur de capter ce qui se trame. Et ça, c’est tout sauf un hasard. On est tellement moins dangereux abruti par le taf, la télé et les pubs! Obligé
de trouver du fric, de travailler pour payer notre vie de galérien, notre loyer toujours trop cher pour un espace minuscule, notre bouffe pleine de poisons. On nous bourre le crâne jusqu’à ce
qu’on trouve ça normal de passer notre vie à taffer et à se consoler en achetant des télés, des portables et des fringues. On veut nous dresser à coup de propagande. Citoyens par ci, intégration
par là, droit de vote, «  liberté  » de manifester, «  liberté  » de s’exprimer. On nous a tellement répété que la démocratie c’était mieux que la dictature qu’on n’ose même
plus réfléchir à ce que ça veut dire «  liberté  » . Mais qu’est ce qu’on attend  ? Des gens torturés à mort par les keufs, ou qui se font tabasser salement en manifs, y’en a déjà.
Des caméras pour nous surveiller, y’en a déjà. Et des flics avec des uniformes de toutes les couleurs à tous les coins de rue pour que ça fasse pas trop peur aux touristes, aussi. Y’a tout un
paquet de prisons qui se prépare! Tout est mis en place pour qu’on accepte bien gentiment de faire tourner ce monde de merde.


Y a pas de mot suffisant pour décrire ce qu’on subit tous les jours. Tout le monde en bave, c’est chacun pour soi alors que tout le monde galère. Mais tant qu’on est vivant, on a la possibilité
de reprendre sa vie en main. Comme en Egypte ou en Tunisie, un petit accrochage peut embraser la ville. Tous les pouvoirs gardent bien en tête que ça peut péter d’un moment à l’autre. Ceux qui
ont la puissance et le fric ne sont pas prêts à lâcher leurs privilèges. Ils font tout pour écraser les possibilités de révolte, parce qu’ils savent très bien que leur pouvoir n’est pas
indestructible. Ils voudraient canaliser nos rages pour qu’on respecte les « lois » et « la démocratie », et qu’on perde notre temps avec des partis politiques ou des
syndicats, à faire semblant d’améliorer le quotidien. C’est juste une façon de plus pour qu’on reste calme, et que toute cette colère qu’ils créent ne se transforme pas vraiment en menace. Mais
on n’a pas besoin de ça. On n’a pas besoin de chef, pour nous dire quoi faire et comment, même si on arrête pas de nous faire croire que la hiérarchie c’est indispensable. On peut décider pour
nous mêmes. On peut très bien s’organiser, en se rencontrant, et même en petit nombre, discuter de tout ce qui peut être fait.



Parce que cette nouvelle taule va pas seulement nous compliquer la vie.


Parce qu’elle va aussi rajouter une couche de souffrance, puisque ce sera 1200 personnes en plus dans les cages de l’Etat.


Parce que la vie s’annonce de plus en plus difficile, et que de plus en plus de personnes vont se retrouver avec la menace de la taule au dessus de leur tête.


Parce que le pouvoir a besoin de cette taule pour nous faire peur et qu’on se tienne tranquille.



Cette prison ne sera pas construite sur notre résignation. Ce chantier peut être empêché, mais surtout, le pouvoir est partout autour de nous, et partout où il est, il peut être attaqué. Il n’y
aura jamais assez de flics pour surveiller tout qui permet à la ville de nous étouffer. Soyons ingouvernables, et attaquons tout ce qui nous détruit!


Extrait du journal Hors-Service n°35 - journalhorsservice.blogspot.fr