Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 12:52

(dixit deufr le poulpe)

 

salut tous,


"..j'savais comment le dire, sans avoir fini de trouver l'arrime, c'était aussi des gros mots, pas joliment chantonnable, ... c'est avant que j'aimais assez ce "Mister Renard", comme j'aurais pu apprécier mon hexagone bien mieux que statiquement. que statistiquement, que s'tâter qui ment
...quand je m'balade dans l'flou du net, et qu'j'tombe sur ç'te salade, je sais ç'quoi qu'est malade, avant de renaitre de ses cendres, vous en conviendrez, faudrait d'abord tout s'brûler...ça peut arriver même en pleine mer cap'taine!, navire navrant, mistral gagnant...c'est pendant que souffle les vents qu'il faut faire gaffe à choisir bien les phoques, voiles à cornes, ou autres perroquets...." extrait de "c'est pas l'homme qui rend amer?" aux éditions "Fond de câle"...

et suivant, le commentaire perso' du dit Cap'taine qui s'marre:

"En voyant l'homme toucher quotidiennement le fond du mal-être, on ne peut que se réjouir qu'il s'en soit sorti. Mais à quel prix?

Renaud, c'est un peu plus qu'un homme. C'est également une œuvre, politiquement engagée. Et l'entendre chanter qu'il va embrasser les flics alors que ceux-ci continuent à briser à coups de matraque et à crever à coups de flashballs les crânes et les yeux de celles et ceux qui manifestent en chantant Hexagone...

Certains pourront y voir un coup de poignard dans le dos, de mon côté je ne parviens qu'à le plaindre. Mais il m'était impossible de garder en bouche plus longtemps sans le recracher le goût amer de son "Phénix" , qui est hélas aussi nul et indigne de lui textuellement et musicalement qu'idéologiquement.

A celles et ceux qui seront tenté(e)s de rétorquer que je ne me prive pas pour faire des chansons là-dessus avec des jeux de mots pourris, je répondrai simplement que c'est bien là la preuve que Renaud continue, malgré moi, à m'inspirer...
" - Captain SIMARD.

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 10:09
Et pendant ce temps là, toujours en catimini, les négociations CETA (mêmes accords qu'avec TAFTA mais avec le Canada) SONT RATIFIEES ET SIGNEES EN SEPTEMBRE !!!!!
Urgent donc de se molibliser et signer la pétition que voici !

contact@collectifstoptafta.org

Faites tourner s'iou plait

Eva Lock Kua

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 09:57

Pétition
Adressée à M. le Président de la Républiq
ue


Nous voulons savoir qui est celui qui a cassé
à la masse les vitres de l'hôpital Necker !
https://www.change.org/p/nous-voulons-savoir-qui-est-celui-qui-a-cassé-à-la-masse-les-vitres-de-lhôpitalnecker?

Le 14 juin avant l'arrivée des manifestants contre le projet de
loi Travail, en marge d'affrontements entre des "autonomes" et la police, un individu non identifiable s'est approché des vitres de l'hôpital Necker et a donné un coup de masse au
centre de chacune de celles qui se trouvait à sa hauteur.


Cet acte inqualifiable a permis au gouvernement d'occulter la manifestation elle-même, ainsi que les raisons de cette manifestation. Bien plus, le gouvernement a aussitôt tenté
d'utiliser l'émotion et la réprobation légitime suscitées par cet acte inqualifiable pour discréditer ceux qui manifestaient pacifiquement pour le retrait du projet de loi El Khomri.


Dès lors le soupçon s'installe. Compte tenu des précédents de longue date (Coluche dans les années 1970 parlait déjà des "appariteurs" payés par le gouvernement pour casser les vitrines pendant les manifestations), il est légitime de chercher à savoir si l'homme à la masse n'était pas en service commandé.


C'est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, Messieurs les Présidents de l'Assemblée Nationale et du Sénat, la mise en place d'une commission d'enquête indépendante sur cet événement.

Ceci étant je ne crois pas que Monsieur le Président donne suite.. Enfin ! On peut toujours espérer que les poules auront des dents !

sans dec, elles en ont eu par le passé !!

Eva Lock Kua

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:06
OYEZ BRAVES GENS!!
SOUVENEZ VOUS QUE LES BERBERES D'AFRIQUE DU NORD ONT ETE COLONISES PAR L'ISLAM !
CERTAINS RESISTENT TOUJOURS, COMME EN KABYLIE PAR EXEMPLE, OU DES CENTAINES ONT COURAGEUSEMENT MANGE EN PLEIN RAMADAN !!

Bravo à ceux qui ont la nuque raide

EVA LOCK KUA

Plus de 500 Algériens ont mangé et bu en public en plein ramadan samedi dans la ville "rebelle" de Tizi Ouzou, dans une première action collective du genre pour marquer leur liberté de choix face à "l'islamisation" du pays.

"Il y a un climat de terreur qui règne contre ceux qui ne jeûnent pas" durant le mois de jeûne sacré musulman du ramadan,dénonce à l'AFP l'un d'eux, Ali, la quarantaine, un technicien de cette ville kabyle située à 100 km d'Alger.

Tahar Bessalah, un entrepreneur en climatisation kabyle venu d'Alger, acquiesce. "Il faut que la religion reste du domaine du privé", dit-il en s'affirmant "musulman de tradition mais pas jeûneur".

La ville de Tizi Ouzou a été le théâtre de troubles parfois sanglants liés aux revendications culturelles et identitaires des Kabyles qui ont très mal vécu les politiques d'arabisation imposées par le gouvernement depuis l'indépendance.

Face à un public essentiellement jeune et masculin, armé de bouteilles d'eau, de jus, de pain, de cigarettes et même de bières pour l'un d'eux, le président du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Aït Chebib, a revendiqué "l'attachement ancestral" des Kabyles "à la liberté de conscience".

D'autres manifestations attendues dans d'autres communautés kabyles

"Nous voulons dénoncer l'inquisition des autorités", "l'instrumentalisation de la religion", lance-t-il, applaudi par les manifestants postés devant la préfecture sur le principal axe routier de cette ville de quelque 150 000 habitants, sans le moindre contrôle apparent de forces de sécurité. Et d'annoncer que des manifestations similaires sont prévues ce jour à Bejaïa, ville portuaire kabyle, et même en France et au Canada, où vivent d'importantes communautés kabyles.

Pendant le ramadan durant lequel les musulmans s'abstiennent de boire, de manger, de fumer et d'avoir des relations sexuelles du lever jusqu'au coucher du soleil, les restaurants sont ouverts seulement dans les hôtels de luxe, et les autorités tout autant que les religieux incitent la population à respecter le jeûne, l'un des cinq piliers de l'islam.

Jusque dans les années 1980, dans les villes au moins, les restaurants étaient ouverts et ne jeûnaient que ceux qui le voulaient.

"Islamisation rampante"

La guerre anti-islamiste de plus de dix ans (à partir des années 1990) a changé la donne. Depuis, la société civile et nombre de partis d'opposition dénoncent ce qu'ils appellent "l'islamisation rampante" de l'Algérie, accentuée avec le Printemps arabe qui a vu l'arrivée au pouvoir d'islamistes dans plusieurs pays.

Le Wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazeghi, avait alors expliqué qu'il s'agissait de "vérifications de routine". Ce n'était pas la première fois que des mesures au moins vexatoires étaient prises contre des non jeûneurs. Des chrétiens algériens se sont même retrouvés devant la justice ces dernières années pour avoir refusé de faire carême.

"Quelque 80% des Algériens sont d'accord avec ceux qui protestent contre le pouvoir grandissant des religieux dans le pays", dit le technicien Ali. Pour Hamid, un retraité de Tizi Ouzou venu exprimer son soutien au mouvement, "il faut bien mettre un holà à tout cela: on ne peut pas forcer tout le monde à aller au paradis", la fin ultime "promise" à tout pratiquant.

(source AFP)

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 15:00

Libération des manifestant-e-s

incarcéré-e-s : rassemblement samedi 18 juin !

Libération des manifestant-e-s incarcéré-e-s ! Nous, solidaires des inculpé-e-s, refusons leur incarcération et refusons la tentative de les isoler du mouvement.

Nous appelons toutes les personnes et organisations à nous rejoindre lors du rassemblement de

Samedi 18 Juin à 11 heures, Place de la République, à Paris.

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 12:37

Je viens de recevoir cette info d'un ami médecin bien au fait de ce qu'il se passe aussi bien à l'hôpital que dans les luttes;

Son point de vue serait à considérer par les médias surtout les "officiels", OK Google , grandes oreilles et cie ?...

Eva Lock Kua

Bon beaucoup de mélo et d'insistance autour de l'hôpital Necker. Beaucoup trop ! C'est suspect !!! ça sent l'artifice, le montage, le spectacle !!

Quelques brèves remarques.

Les médias insistent beaucoup la dessus, en soulignant que le fils des policiers assassinés par Deash s'y trouvait.

On se demande si c'était préparé pour discréditer le mouvement. En effet, un hôpital n'est pas une cible habituelle.

C'était là que les flics étaient le plus massés, Station Duroc fermée, presque guet amen pour manifestant radicaux.

Les flics ont donc choisi qu'il y aurait des affrontements devant Necker. Et non pas un peu plus loin ? Forcément s'il y a de la bagarre ....

En plus, quand les gens sont masqué, rien ne dit qui sont exactement ceux qui ont cassé les vitrines de l'hôpital ! l'hôpital. Car ce n'est pas une cible habituelle. On avait vu des chauffeurs (flics provocateurs) à certaines manifs. Ca peut-être un flic qui s'est fait la vitrine .... Bon pas très grave.

Etat et médias n'ont eu de cesse, depuis le début, et sans succès à ce jour, de discréditer le mouvement. Il n'y a pas de casseurs, seulement des manifestant plus déterminés que d'autres. Là ils sont prêtes aux pires montages et calomnies !

En tout cas parmi tous ces pleureurs indignés dénonçant les "barbares-la-preuve-ils-ont-attaqué-un-hopital-d'enfant-regardez-les-images", il n'y en a pas qui se soient jamais indigné contre la véritable casse du service public hospitalier ! De la perte des moyens, de la diminution des budgets, et des conséquences sur la qualité voire la possibilité des soins !!

Ceux qui aujourd'hui accusent les manifestants avec une telle insistance et une telle mise en spectacle , sont les mêmes que ceux qui par leur soutien politique au mesures capitalistes, soutiennent de jour en jour, la CASSE de l'hôpital public !

Les vrais casseurs se sont eux !!!

Affaire à suivre

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 12:20
Pas seulement en Tafta!!
Le traité CETA qui est le même que TAFTA mais avec le Canada est RATIFIE !!!!

Il passerait en septembre sauf si 53 pays européens votent contre !! Et actuellement il n'y a que la petite Wallonie qui l'ait fait !!

C'est URGENTISSIME de faire passer l'info, donc, FAIRE TOURNER !
Eva Lock Kua

Cela se passe à La place de la République, au moins, que la vitrine Nuit Debout serve à çà !!!
J'ai reçu cette info :

Samedi 4 juin à la Place de la République de 13 heures à 18 heures.

Nuit Debout Paris s'est très rapidement emparée des enjeux de commerce et d'investissement à travers les traités transatlantiques, et s'est d'ores et déjà déclarée symboliquement "zone hors CETA et TAFTA".

A l'initiative des Commissions AvocatsDebout, Économie, Écologie et du Collectif Stop TAFTA, une journée thématique sur les deux projets d'accords transatlantiques se tiendra sur la Place de la République le samedi 4 juin.

L'objectif de cette journée est double. Il s'agit d'une part de renforcer le travail d'information autour des impacts sociaux, sanitaires et environnementaux de ces traités négociés en toute opacité. D'autre part, les participants appelleront la municipalité de Paris à voter une nouvelle motion hors traités transatlantiques et à cet effet adresseront aux élus de la capitale une lettre ouverte.

Programme de la journée :

  • 13h : SportDebout entre les équipes anti-Poulet au chlore et anti-OGM
  • 14h : Atelier pédagogique animé par le collectif STOP TAFTA "CETA, TAFTA : de quoi s'agit-il ?"

  • 16h -18h : AG : débats avec des intervenants des secteurs touchés par les traités
  • 17h : Atelier "prochaines étapes" : stratégie et actions concrètes à mener
  • 18h : lecture de la lettre ouverte à la Maire de Paris pour déclarer Paris Zone Hors CETA TAFTA & final en musique

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 12:34
Yes ! et voici un excellent article transmis par notre amie Gene de AZA


A VRAIMENT PRENDRE EN COMPTE !

Hou Là là, je n'imaginais pas que çà allait si loin!

navrant mais pas étonnant.

Ils ont les dents longues les rapaces !!


Eva Lock Kua

Ces serpents qui sifflent sur les têtes de Nuit debout

Auteur
  1. Alina Reyes Doctorante, littérature comparée, Maison de la Recherche, Université Paris-Sorbonne – Sorbonne Universités

« Abîmé dans l’infinie immensité des espaces que j’ignore et qui m’ignorent, je m’effraie… » Tout Pascal est là, et il est toujours là. Le centralisme politique qui accompagne le développement du capitalisme ne suffit pas à conjurer l’angoisse de l’homme face à son décentrement dans l’univers. Cet effroi entré dans son cœur avec la Renaissance n’en est toujours pas sorti. Les découvertes d’Einstein et de la physique quantique l’ont même aggravé : depuis elles, l’instabilité s’ajoute à l’incertitude. Beaucoup essaient d’y échapper en s’accrochant à des systèmes politiques, spirituels, intellectuels, anciens, placés comme des tentures noires entre eux et l’abîme tant redouté du réel. Les temps médiévaux hantés par l’idée de fin du monde portaient moins d’épouvante secrète que les temps modernes face au « silence éternel de ces espaces infinis » qui persuade Pascal que l’homme ne peut trouver « que misère et mort ».

La succession des générations est l’instrument de l’homme pour réaliser ce qu’il a dans la tête : ce fut, parallèlement et conformément à l’industrialisation capitaliste, un développement effroyable en effet de la misère et de la mort. Au XIXe siècle un poète, Edgar Allen Poe, comprend avant les scientifiques pourquoi la nuit est noire, malgré une infinité d’étoiles. Au siècle suivant un artiste, Alain Resnais, constate l’inflation de l’horreur : il l’appelle Nuit et brouillard.

Il existe des néofascismes, mais comme l’écrit Pierre Milza, le fascisme appartient au passé. Est perçu comme fasciste aujourd’hui celui qui n’a pas dépassé le passé auquel le fascisme appartient, celui dont la structure mentale est toujours régie par l’achèvement de l’effroi pascalien, parvenu au point où seule une envie de frontières, de règles, d’exclusions, et d’une terreur pour les faire tenir, paraît pouvoir rassurer contre « l’infinie immensité des espaces » mentaux et des possibilités de l’humain.

Ce qui menace Nuit debout

C’est de cet aveuglement volontaire, de cette confusion qui s’ignore, de cette nuit et de ce brouillard qui enveloppent le monde comme une couche de pollution, que se relèvent les femmes et les hommes du mouvement Nuit debout. Mais le mouvement doit affronter plusieurs menaces d’entrisme et de noyautage, dont celle du reptile néofasciste. Le fascisme est aujourd’hui comme le diable selon Baudelaire : il ruse en essayant de faire croire qu’il n’existe pas. Ou du moins qu’il n’existe plus, ou qu’il n’existe pas là où ceux qui ont du nez le sentent exister. Car le fascisme pue. La merde brune a l’odeur de l’argent – que certains croient sans odeur – et réciproquement. Elle est attachée aux ambivalences du stade anal, avec ses envies de rétention paranoïaque, d’expulsion sadique de ce qui peut être perçu comme corps étranger, de névrose obsessionnelle autour de la saleté et de la propreté, conduisant à considérer l’autre comme sale, et son propre territoire comme… propre, ou à nettoyer de la saleté qu’est l’autre, racisé et sexisé.

La non-résolution du stade anal ou la régression au stade anal conduisent au racisme et au sexisme. Il faut d’ailleurs parler du sexisme en premier, car l’humanité est sexuée partout (sauf là où la femme est exclue, car considérée comme trop impure, trop sale – et les hommes se rabattent alors sur des enfants, ou sur des prostituées qui leur permettent de réduire leur angoisse à la question de l’argent). Si le néofascisme tend à se nier, l’une des expressions qui le révèlent aujourd’hui est le racisme (voir par exemple Pegida).

La soumission au capitalisme est une condition originelle du fascisme, et elle est parvenue aujourd’hui à un degré extrême, dans quasiment toutes les sociétés. Le racisme (et le corporatisme ou le règne des lobbies) est le signe du fascisme enfoui, plus ou moins conscient, dans les esprits, et qu’une situation historique propice peut faire surgir des sous-sols aussi rapidement qu’un temps de pluie peut faire déborder les égouts. Ici et là le retour du refoulé fait signe : une ministre parle de « nègres », un académicien connu pour ses déclarations racistes se lâche une fois de plus et régresse langagièrement au stade anal (« gnagnagnagna ») , les adversaires du mouvement Nuit debout inondent les réseaux sociaux de leurs accusations de crasse et de saleté.

La morbidité menace Nuit debout sous différentes formes. Stagner tue. La maison Usher de Poe finit par se disloquer et tomber dans la mare où elle se reflète depuis trop longtemps. À Paris, le mouvement s’est attaché à la place de la République, devenue mausolée, comme à un refuge. Il s’est accroché aux jupes de la statue, toutes pendantes de babioles et de kitsch mortuaire. Le beau renouveau de vie qu’il y avait apporté s’est laissé gangrener par une sorte d’épouvante qui s’accroche au souvenir de la mort sans en finir de la conjurer.

Chutes, rumeurs… et silence

Dans les premiers jours, alors que plusieurs dormaient toute la nuit sur la place, un homme a chuté de la statue qu’il était en train d’escalader. Il a été transporté à l’hôpital « en urgence absolue », d’après la presse. Comment s’en est-il sorti ? Nous ne le savons pas, nous n’en avons jamais su davantage. Les responsables de la communication de Nuit debout n’ont pas dit un mot de cet accident. Selon les médias, l’homme n’avait pas de papiers sur lui. Un SDF ? Un migrant ? Les communicants de Nuit debout ont refusé de donner des nouvelles de cet homme.

Quelque temps plus tard, un autre homme a tenté de s’immoler par le feu au pied de la statue. Les gens qui étaient là l’ont sauvé, il a été transporté à l’hôpital. Un migrant désespéré, semble-t-il. Nous n’en savons pas plus, là encore les médias et les communicants de Nuit debout ont occulté le fait.

La place de la République a attiré de plus en plus de gens venus se livrer à des actes de délinquance (vols, agressions) ou venus faire la « fête », c’est-à-dire boire puis chercher à défouler leur agressivité. Les jets de bouteille sont devenus une routine de fin de soirée. Et les agressions et agressions sexuelles envers les femmes se sont multipliées. On a commencé à entendre parler de viols mais la com et les médias de Nuit debout, plus proches décidément d’une entreprise de propagande que de services d’information, ont malgré des demandes insistantes refusé d’en dire le moindre mot.

Sur la place, une intervenante filmée par hasard par un périscopeur (Virgile) a mentionné que trois nuits plus tôt, des jeunes filles avaient été violées derrière un mur d’hommes. Puis, comme si c’était un tabou, une fois donnée en passant cette information glaçante, elle a enchaîné sur autre chose. Une autre femme à un autre moment avait évoqué agressions et viols, mais tout aussi rapidement. Des féministes ont témoigné qu’il leur avait été objecté qu’en parler serait risquer de nuire à l’image du mouvement.

Rien de plus n’en a été dit. Les rumeurs enflant, un organisateur a annoncé que des sifflets allaient être mis à la disposition des femmes, afin qu’elles puissent donner l’alerte en cas d’agression, ce qui suffirait à faire s’éloigner le ou les agresseurs. Il n’a pas été question de les expulser ou de les livrer à la justice en cas d’agression grave. Seulement de les faire s’éloigner de leur victime, sans que soit envisagée la moindre sanction.

Les tares qui se développent

Censure des faits, complaisance envers les agresseurs ou les criminels (rappelons que le viol est un crime), absence totale de toute expression de solidarité avec les victimes : à République, c’est ainsi que le mouvement s’enfonce debout dans sa nuit, les yeux grands fermés. « Nous creusons la fosse de Babel », écrit Kafka dans son Journal intime. Les violences qui sont devenues systématiques en fin de chaque nuit à République témoignent de la mauvaise ivresse nihiliste qui s’est emparée de la place, où des organisateurs invisibles s’obstinent à faire piétiner un mouvement qui était pourtant bien parti, comme si une secrète logique d’échec le gouvernait.

Heureusement, Nuit debout se développe aussi dans des banlieues, des villes, des villages de France et d’ailleurs. Revenant au mot de Baudelaire selon lequel la ruse du diable est de faire croire qu’il n’existe pas, il apparaît que la ruse (inconsciente ou non) des organisateurs d’un mouvement qui ne veut pas de représentants est de les représenter (par la com) en faisant croire qu’ils n’existent pas en tant que représentants. Moyennant quoi, toutes les responsabilités sont effacées, et le pire devient possible. Ailleurs qu’à République, loin des responsables occultes et anonymes, Nuit debout peut encore se préserver de telles dérives, qui prouvent que le système de représentativité est pire encore lorsqu’il n’est pas reconnu.

Le rapport des hommes aux personnes de leur entourage est significatif de leur politique. Il est politique. L’absence sidérante de la plus élémentaire expression d’humanité envers les victimes place de la République éclaire le défaut de scrupules des gens de la boîte de com qui ont acheté les noms de domaine de Nuit debout sans en référer aux fondateurs et qui continuent de tenir la com – cet instrument qui gangrène le monde – du mouvement, comme du défaut de vigilance quant à l’entrisme de certains éléments politiquement malhonnêtes, voire pire. Là aussi l’opacité règne, nul débat n’est porté sur la place. Sur cette place où l’on en est venu à se battre en paroles contre les tares du monde sans prendre garde que ces tares sont en train, dans les faits, de s’y reproduire et de s’y développer à toute vitesse.

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 11:14

Renaud, ce nouveau VRP de la police française

I kissed a cop, and I liked it.

Deux jours après la manif des forces de l'ordre mécontentes d'être pris pour cibles au sens propre comme au sens figuré lors des manifestations, le syndicat Alliance Police nationale vient de sortir un clip à la gloire des pandores. Attendez... Euh. Oulala. Non, en fait, c'est le dernier clip de Renaud, J'ai embrassé un flic. Le chanteur a par ailleurs donné un entretien...au blog de la préfecture de police, dans lequel il déclare : «Si je ne craignais pas de me faire allumer par tous les médias, j'irais bien manifester avec vous ces jours-ci à cette manif « halte à la haine du flic !». Malaise, on retourne écouter Hexagone.

(source : "Libération")

Pauvre Renaud !!
On parle des ravages de l'alcool mais pas ceux de l'arrêt d'alcool chez certains... comme Renaud, lobotomisé, regrettant d'avoir écrit "Hexagone" !!

Le zig prétend même qu'il a HONTE , oui HONTE,d'avoir pondu ce texte,!!! "comment ai-je pu traiter ainsi la police ?"

Pour couronner le tout, il revêt encore son blouson clouté et son bandana de "rebelle" quel cirque !!
Ah, il aurait bien manifesté avec les flics contre les "casseurs de flics" ?...

Non, ce n'est pas par crainte des médias, qu'il n'a pas manifesté avec les flics, mais sans doute par crainte d'une réaction bien sentie de quelques petits nerveux d'en face, ceux qu'il a trahi!!

Eva Lock Kua

N'est-ce pas, p'tit Nico ?!

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 12:20

Que ne feront ils pas pour l'afficher, le revendiquer ?...

Et bien sûr, elles ont choisi !

Comme cette nouvelle trouvaille dans un magasin H et M du centre de Paris, où vous pouvez

être accueilli à la caisse par une femme en burka !

Eh oui !

Quand on sait que les vendeurs (es) doivent avoir le style et éventuellement les vêtements en vente dans le magasin où elles travaillent, on peut se poser la question de ce qui va être vendu prochainement dans ce foutu magasin !!

Eva Lock Kua

Published by Nosotros.Incontrolados//Les Amis du Négatif
commenter cet article